NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Jeu 14 Juil - 18:24

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

Parmi les nombreuses maisons qui formaient le complexe, on pouvait apercevoir par la fenêtre de l'une d'entre elles, une jeune fille aux cheveux rouges, qui était apparemment en train de dormir... Cette Jeune fille s'appelle Fiby...
Elle ouvrit les yeux, observant le plafond grisâtre de la pièce, puis elle se redressa rapidement d'un air paniqué avant de se relever. Mais ses membres étaient étrangement engourdies et elle sentit une douleur à la tête, qui ressemblait e celle d'une migraine. Elle tomba sur le carrelage froid, elle continua d'observer la pièce d'un air toujours aussi paniquer, Fiby ne tarda pas à se relever.
Elle se demandait bien où elle était et pourquoi, elle s'assied un petit moment sur le lit histoire de reprendre son sang-froid, et de réfléchir à la raison de sa présence ici. Mais la dernière chose dont elle se souvenait c'était d'être à la cantine avec ces amies, ce jour-là il y avait des raviolis, c'était plutôt rare, très rare même puisqu'elle n'en avait encore jamais mangé là-bas. D'ailleurs maintenant qu'elle y repense il était étrangement sucré, mais c'était sans doute qu'une impression... Elle tourna la tête en direction d'un sac qui était posé à côté du lit, et d'une veste, c'était apparemment ces affaires du collège. Mais dans ce cas pourquoi les avoir emmené ici ? Fiby se leva et décida de fouiller un peu partout, elle commença par aller voir la deuxième pièce, mais rien de très intéressant, seulement un lavabo de fortune et des toilettes sèches. Elle retourna alors dans la première pièce avec un lit en métal, une table de chevet, une table, une chaise, des étagères, et enfin une armoire. Elle fouilla ensuite dans les étagères, y avait un peu de nourriture, des récipients et couverts. Quelques serviettes, couvertures, bref l'essentiel quoi. Et maintenant elle décida de s'attaquer à l'armoire, et à sa plus grande surprise elle trouva plusieurs vêtements et quelques affaires personnel... Comme si un de ses proches les avait préparé soigneusement pour elle... Tout ça c'était bizarre, mais apparemment Fiby devra vivre dans cet endroit pendant un bon bout d 'temp, et elle l'avait bien remarqué... D'ailleurs elle commençait à se poser une centaine de question, toute sa ne l'enchantait pas ... Et elle se demandait où étaient passer ces amies, ses parents et son patapouf... Mais bon elle n'avait pas envie de réfléchir à sa pour l'instant.
Maintenant qu'on a vu l'intérieur, faut voir l'extérieur, peut-être qu'elle n'était pas seule... Fiby enfila sa veste puis poussa la porte, elle regarda à gauche, puis à droite, et finalement elle sortit. Une centaine de maisons se dressaient à sa gauche ainsi que sur sa droite, de toute petite maison pas plus grande que sa cuisine, jamais elle ne pourrait vivre correctement dans une maison aussi petite...
Elle décida de commencer par le côté gauche, et avança d'un pas hésitant, en oubliant de fermer la porte, comme d'habitude, ce n'était pas nouveau... Elle se demandait ce qu'elle ferait si elle voyait quelqu'un... Mais elle avait plus important à pensée... D'un coup elle pensa que c'était peut-être un rêve, ça l'étonnerait que sa marche mais elle essayât de se pincer au poignet... Elle sourit un instant, comme si sa pouvais marcher, quand on rêve on ne pense jamais à se pincer ... Et puis ça semblait bien trop réel... Malgré son air décontracté Fiby avait la frousse, ça lui faisait penser à un film d'horreur... Elle eut un léger frisson en pensant sa.
Elle commença à crier :

- EH OH, y a quelqu'un ?!
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t58-susan-s-book#153 http://derniereenfance.forumactif.org/t27-susan-h-world-is-the-cattle
Âme solitaires
avatar
Messages : 127
Date d'inscription : 25/06/2016
Jeu 14 Juil - 20:26

Why's life so cruel ?

Feat Fiby & Stas



Bordel.
Emmitouflée dans son pull et son sweat, entourée de la vieille écharpe qui avait appartenu à sa mère, Susan marchait dans les rues du complexe. Elle gardait la tête baissée vers le sol, les bras chargés de bouteilles qu'elle avait remplis d'eau - c'était peut-être inconscient, parce qu'après tout, cette eau pouvait très bien ne pas être potable ; mais elle en buvait depuis plus d'une semaine - depuis qu'elle avait épuisé ses réserves, et elle n'était toujours pas morte.
Malade, cependant - peut-être. Lorsqu'elle s'était levée, elle avait été prise d'une violente quinte de toux. Elle était sans doutes un peu fiévreuse - mais elle préférait ne pas vérifier ; rester au lit aurait été la meilleure solution, mais il fallait boire pour survivre. La jeune femme envisageait de faire un bouillon avec la viande de serpent, agacée par les boites de conserves ; certaines étaient périmées, elle en était sûre. Peut-être que c'était ça qui l'avait rendue malade - ou simplement son expédition de la veille, dans les bois. Jamais elle n'aurait dû sortir par un temps pareil.
Pour l'instant cependant, l'anglaise tenait le coup - ce n'était jamais qu'un gros rhume, il lui en fallait plus pour la terrasser. Le temps était nettement meilleur que les jours précédent, de par l'absence de vent ; mais le froid était sec et désagréable. Il lui tardait presque de rentrer dans sa maisonnette - mais cet endroit la rebutait.

- EH OH, y a quelqu'un ?!

Susan sursauta, surprise tant par la présence de quelqu'un que par la voix, bien enfantine. Elle compris tout de suite, au timbre effrayé de la jeune fille, qu'elle devait s'être réveillée à l'instant.
C'était la quatrième personne qu'elle croisait. Mais combien seront nous ?
Hâtant le pas, Susan songea au fait que c'était encore une voix française qu'elle entendrait là, et elle eut un petit pincement au coeur.
Quand y aurait-il donc un anglais qui se retrouvait ici ? C'était horrible de penser ça ; elle grimaça. Deviendrait-elle un jour une bête sauvage horrible et sans coeur ?
Enfin, elle eut l'autre en vue. Et, au fur et à mesure qu'elle se rapprochait de la jeune fille, ses yeux s'écarquillèrent d'horreur.
C'était une enfant.
Susan ne lui aurait pas donné plus de douze ans, avec ses grands yeux effrayés qui la trahissaient malgré un air calme. Qui pouvait donc faire ça à une enfant ? Qui pouvait être aussi cruel ?

- Oh god... are you- eh, tu vas bien ?


La brune arriva à la hauteur de l'enfant, essoufflée, et posa ses bouteilles d'eau à côté d'elle ; si Susan n'était pas particulièrement empathique, le cas d'un enfant était tout autre. L'adolescente se montrait tout particulièrement protectrice envers eux ; comme si elle voulait qu'ils aient plus de chance qu'elle. C'était là la seule faille à son égoïsme et son esprit de conservation. La jeune femme posa une main sur l'épaule de l'enfant, tachant de se montrer rassurante - et de parler français.


- Je m'appelle Susan. Et toi ? Quel âge as-tu ?



(c) Tervilles
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Jeu 14 Juil - 22:53

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

Pas de réponses... Fiby commençait à croire que cet endroit était désert ... L'on entendait seulement le bruit du vent souffler, jusqu'au moment où un bruit de pas plutôt rapide vint casser ce silence pesant. Fiby regarda dans tous les sens, et aperçut une silhouette en face d'elle qui se rapprochait, impossible pour Fiby de ne pas laisser échapper un sourire de satisfaction. Elle ne voulait en aucun cas rester seule, surtout dans un endroit pareil... L'idée que cette personne lui voulait du mal ne lui a pas traversé l'esprit, et encore moins celle que c'était peut-être elle qui l'avait envoyé ici, pour le moment tout ce qu'elle savait c'était qu'elle n'était pas seule, et qui sait ? Peut-être qu'il y a encore plein d'autres personnes à découvrir ! La silhouette se rapprochait encore et encore, c'était une jeune femme, à vue d'œil Fiby lui aurait donné plus de quinze ans. Elle avait les bras chargés de bouteilles d'eau, Fiby n'y fit même pas attention, ce n'était pas l 'moment ... La jeune femme arriva, elle se trouvait pratiquement à la hauteur de Fiby.

- Oh god... are you- eh, tu vas bien ?

Fiby remarqua qu'elle avait commencé sa phrase en anglais et non en français, elle était donc anglaise. Fiby n'avait rien contre les Anglais au contraire elle avait toujours voulu voir à quoi se ressemblait là-bas... La jeune femme n'avait pas l'air bien méchante, sinon elle ne lui aurait sans doute pas demandé comment elle allait. Fiby s'empressa de répondre ;

- Oui oui, ça va ...

Avec tout sa Fiby n'a pas pu réfléchir à la façon dont réagir, être distante, ou bien sympathique ? "Bon... Partons plutôt sur de bonne base et essayons de ne pas être trop désagréable." Pensa-t-elle. La jeune femme avait déposé ces bouteilles à côté d'elle. Mais Fiby n'y prêta pas plus d'attention que tout à l'heure. La jeune femme posa une main sur l'épaule de Fiby et dit :

- je m'appelle Susan. et toi ? quel âge as-tu ?

Susan parlait étonnamment bien français du moins aux yeux de Fiby, qui elle, était très mauvaise en anglais. Elle parlait aussi de façon plutôt rassurante, sans doute qu'elle avait quand même remarqué que Fiby avait peur... Aller savoir...

- Moi c'est Fiby, et j'ai 13 ans... Hum, dit, tu saurais par où on est . Et pourquoi ? Nan parce que c'est un peu bizarre de se réveiller ici.

Fiby était perdue, ça y a pas à dire, mais elle avait aussi peur, et autant vous dire qu'elle déteste avoir peur, ou qu'on le lui fasse remarquer que c'est l 'cas... Elle commençait de plus en plus à penser à c'est parent, à ces amies, à son patapouf aussi... Bref, pour l'instant tout ce qu'elle voulait c'était de rentrer chez soi
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Ven 15 Juil - 9:53

Quelques notes en tête. Stas avait des jours avec et des jours sans. La plupart du temps, mille et une idées se disputaient la place dans sa boîte crânienne. Il faisait tout un tas de choses dans le complexe, pour s'occuper mais aussi pour éviter de trop réfléchir. Aujourd'hui, c'était un jour où il avait réfléchi. Aujourd'hui, il était le français, vaguement ailleurs.
Et aujourd'hui, il voulait voir Sue. Ils devaient faire le point. Sauf que ça aurait été trop simple si ça c'était passé comme il se l'était imaginé...

Une fois devant la porte de la jeune femme et ayant frappé quelques fois, il comprit qu'elle n'était pas dans le coin. Evidemment, qu'elle n'était pas dans le coin, puisqu'il avait précisé "c'est moi !" de sa voix de basse. Quel timbre de voix aurait pu se confondre avec le sien ? Sûrement pas celui de la japonaise, ni aucun de ceux des autres filles. Et comment Sue -sa Sue- aurait pu le savoir sur le pas de sa porte et ne pas le laisser entrer, hein ? Impossible.

Stas fit demi-tour en secouant la tête. Il passa une main distraite dans ses cheveux noirs méchés de rouge pour les remettre en place et puis glissa ses doigts dans ses poches de pantalon. Le froid picotait agréablement sa chair à travers les vêtements. Mais il aimait assez ça. En tout cas, c'était plus supportable que le chaud. Par contre, il avait bien conscience que le reste des habitants du complexe en souffraient. C'était comme ça, au collège comme au lycée, il y avait toujours un élève qui se promenait toujours en T-shirt, l'été comme l'hiver. Ici, c'était Stas. Et encore, il tenait trop à son cuir pour s'en séparer.


- EH OH, y a quelqu'un ?!

Ces quelques mots figèrent l'ado sur place. Plus sûrement que le froid de l'extérieur, les paroles l'avaient glacé. Merde... C'était un môme, une môme, même ! Il resta interdit. Il voyait Sue arriver derrière mais était incapable de se mouvoir. Si jeune... Cette fille ne pouvait pas avoir été envoyée ici... Pas si jeune...

L'anglaise avait les bras emplis de bouteilles d'eau et le russe nota distraitement qu'il aurait dû s'apercevoir plus tôt qu'elle était à court. Il aurait été les lui chercher. Mais ça n'était pas grand chose à côté de cette arrivée. Un goût de cendre désagréable se déploya sur sa langue comme il discernait ce que cela impliquait. Déjà, il ne voulait pas reconnaître que ses parents aient pu l'abandonner, lui... mais une si jeune fille... ? S'ils avaient vraiment fait ça...

Il secoua la tête, à nouveau, le Stas, pour se mettre enfin en marche. Susan avait posé une main sur l'épaule de Fiby et tentait de la rassurer. La jeune, apparemment française, était évidemment désorientée. Que devaient-ils faire ? Ils étaient pourtant rodés à présent. Après avoir été les seuls, les premiers, comprendre eux-même ce qu'il leur arrivait, ils avaient dû accueillir les autres.


- Moi c'est Fiby, et j'ai 13 ans... Hum, dit, tu saurais par où on est . Et pourquoi ? Nan parce que c'est un peu bizarre de se réveiller ici.

- C'est un peu bizarre et ça n'est que le début, marmonna le jeune homme qui arrivait par derrière. C'est qu'il avait un don pour parfois être effrayant, volontairement ou pas. Salut Fiby.

Il lança un regard entendu à Susan. Un de plus.
Le vent soufflait doucement, rappelant la fraîcheur dans l'air. Des images sautaient aux yeux du français. Il crut même entendre le rire de sa petite soeur.


- пиздец... (Piz Diets) marmonna t-il.

Il posa un genou à terre, se mettant au niveau de la toute jeune fille. Il donna un coup d'épaule pour se débarrasser de sa veste en cuir.


- Tiens, enfile ça. Ca caille, ici. Ce serait ballot que tu tombes malade à peine arrivée, expliqua t-il en faisant passer le blouson sur les épaules de Fiby. Je suis Stas... le copain de Susan.

Et il n'avait aucunement besoin de poser les yeux sur l'anglaise pour deviner sa réaction. Le français avait le besoin irrépressible de marquer son territoire. Il faisait Susan sienne, sans vergogne, et le rappelait à qui voulait l'entendre. Et Susan elle n'aimait pas trop ça... mais ça, c'était son problème ! De toutes façons, Stas était trop occupé à étudier Fiby. Il avait le regard grave, sérieux, mais étonnement pas agressif.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Sam 16 Juil - 20:28

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

- C'est un peu bizarre et ça n'est que le début;

Fiby sursauta, elle ne c'était pas attendu à ce qu'elle rencontre deux personnes d'un coup. Même si sa ne changeait pas grand-chose... Un jeune homme se tenait derrière elle, il avait l'air d'avoir à peu près le même âge que Susan, peut-être un peu plus grand quand même. Et puis que voulais t'ils dire par "et ça n'est que le début" . Sa veux dire que se serait encore plus bizarre qu'elle ne le pense ? Bah... De toutes façons elle finirait bien par voir de soi-même.

-Salut Fiby

Elle lui répondit vite fait ; - Salut...
Fiby commençait à geler, elle avait peut-être une veste, mais elle servait à rien avec un temps pareil, elle pourrait l'enlever elle aurait toujours aussi froid. Ce n'est pas qu'elle avait peur d'être malade mais c'était juste désagréable... Très désagréable... Elle n'arrêtait pas de penser qu'elle aurait dû prendre des vêtements plus chauds, mais ce qui est fait est fait, elle n'allait pas y retourner maintenant.

- Tiens, enfile ça. Ça caille, ici. Ce serait ballot que tu tombes malade à peine arrivée;

Le jeune homme mît le blouson sur les épaules de Fiby, qui s'empressa de l'enfiler. Elle avait désormais un petit doute ... Plus jeune elle croyait aux super héros mais elle avait arrêté d'y croire depuis un bout de temps... Mais maintenant elle commençait à re avoir un doute sur leur existence, eceque ce type venait de lire dans ses pensées afin de savoir si elle avait froid ? Elle le dévisagea et secoua légèrement la tête, "non, impossible... C'est juste une coïncidence..." Pensa t'elle ... Et puis de toutes façons l'essentiel c'est qu'elle ait déjà plus chaud avec ce blouson.

- Je suis Stas... le copain de Susan.

Pour l'instant Fiby s'en foutait un peu qu'il soit oui ou non le copain de Susan... Mais bon, comme ça c'est dit. Pour l'instant, elle, tout ce qu'elle voulait c'était qu'on lui explique... Qu'on lui dise pourquoi elle était là... Comment elle est arrivée là... Où étaient passés ses proches... Et comment ces affaires ont peu se retrouver ici... Elle savait bien que se pouvait être ses parents qui les ont préparé mais elle refusait que ce soit le cas... Pour l'instant elle pense plutôt que des gens se sont introduit chez elle et ont pris ses affaires, après tout c'était tout à fait possible !

- eh ben ... Enchanté ... Mais tout ça, ça répond pas à ma question !

Dit elle en croisant les bras et en fronçant légèrement les sourcils pour se donner un petit côté "sérieux", mais elle avait plus l'air ridicule qu'autre chose à cause du blouson trop grand pour elle, ses bras n'étaient pas assez longs pour laisser sortir ses mains....
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t58-susan-s-book#153 http://derniereenfance.forumactif.org/t27-susan-h-world-is-the-cattle
Âme solitaires
avatar
Messages : 127
Date d'inscription : 25/06/2016
Lun 18 Juil - 13:35

Why's life so cruel ?

Feat Fiby & Stas

 

La gosse s'appelait Fiby. Elle avait treize ans.
C'était moins jeune que ce à quoi l'anglaise s'attendait ; mais pas rassurant pour autant. Qu'était-on à treize ans ? une pré-adolescente ? Susan avait souvenir d'elle et de ses camarades à cet âge comme d'insignifiants petits cafards. A treize ans on était rien, ou si peu. On apprenait tout juste l'idée d'unité, à se détacher de ses géniteurs. On découvrait les envies de rebellions et les débuts de la sexualité ; et elle, que découvrait-elle ?
La mort. Le désespoir. L'enfermement.
Susan songea qu'il n'y avait pas plus mauvaise période pour se faire enfermer par une bande de barge. Cette période où on se construisait. Qui allait l'épauler dans sa quête d'elle-même ?

La réponse tomba tout à coup, lui ôtant les mots de la bouche : au loin, Stas arrivait. L'anglaise écarta les yeux ; parce que son apparition semblait avoir été en réponse à son désarrois. Lui, le français effarouché et violent à ses heures perdues ? Il faudrait bien quelqu'un pour le tempérer. Et qui tempérait les hommes ? - les femmes. C'était une mauvaise blague.
Mais Susan ne croyait pas au hasard. Elle avait trouvé cette enfant, et Stas arrivait. Stas, ça lui avait toujours fait pensé à Stanislas. Peut-être que c'était un diminutif, parce que Stanislas lui paraissait beaucoup plus français que Stas.
La brune regarda le méché arriver, très naturellement, trop décontracté, pour poser sa veste sur les épaules de la fillette. Bonne initiative. Elle se surpris à afficher un léger sourire, quelque peu attendrie - puis elle tiqua sur l'étrange présentation, n'appréciant pas de ne pas avoir été consultée. Que croyait-il ? il en fallait bien plus à Susan pour le considéré comme un copain - friend.
Peut-être était elle en fait vexée par la faiblesse du mot. "Copain" : elle avait appris que c'était un peu moins fort que "amis". Des copains de classes. C'était donc ainsi qu'il la considérait ? Un copine ? Elle eut un claquement de langue agacée, ne cherchant pas un seul instant à cacher son air vexé. Elle choisis ainsi de le snober, reportant tout son attention sur la petite fille.
Plus frustrée qu'elle ne l'avouait.

- Nous est -eh, sommes, hm... somewere... dans un endroit au nord. Très au nord.


Elle ne savait pas bien comment continuer. "Des gens nous ont enfermés là pour nous regarder crever à petit feu ?" Par sûr que c'était l'idéal, pour une gamine. Elle croisa alors le regard de Stas, et l’agacement remonta.
Pour elle, il était bien plus qu'un copain. Pas un ami. Un.. elle avait du mal à trouver les mots. Il la déconcertait. Il l'attirait. Il l'effrayait. Il était un pilier à cette nouvelle vie. C'était difficile de se dire qu'elle n'était qu'une copine.
L'anglaise se redressa légèrement, tachant de paraître plus calme qu'elle ne l'était.


- Stas reste avec toi. Je dois rentrer poser bouteilles. Je vais revenir, okay ? Ma maison est là, tu vois ? Si tu veux le aide, tu dois juste venir frapper.


Elle désigna à la petite sa maisonnette, visible d'ici, qui n'était qu'à une vingtaine de mètres de là.
Poser les bouteilles ; bien mauvaise excuse pour simplement s'éloigner. Retournant prendre son eau, elle jeta un regard de rancune au français - qui ne devait pas bien comprendre ce qu'il arrivait. Mais Susan était rancunière, et l'expression des sentiments n'était pas son fort ; qu'importe qu'il ne comprenne pas, c'était bien de sa faute.
Quelques instants après, l'adolescente avait disparue chez elle.
Et fermé la porte.

(c) Tervilles


HRP - Important:
 
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mar 19 Juil - 0:09
Spoiler:
 

Certes, c'était flou comme réponse. En réalité, le garçon comprenait fort bien l'agacement de Fiby. Les réponses évasives n'étaient ni informatives, ni même rassurantes. Parfois même le contraire. Lui-même avait le souvenir encore très clair qu'il ne supportait pas cela non plus quelques années encore en arrière. Quelques années ? Quelle hypocrisie... Il détestait ça encore maintenant !

Premier éveillé, probablement ex-aequo avec Susan, c'était ensemble qu'ils avaient trouvé leurs marques ici. Sans avoir de réponse de personne. Ca avait le mérite d'éviter l'agacement mais ça ne les empêchait pas de ronger leurs freins. Désormais, c'était à eux que les nouveaux demandaient des explications, et là... Là ça devenait beaucoup plus facile de se cacher derrière ces réponses évasives que, ni l'un ni l'autre, ils n'auraient apprécié.

Une façon de protéger les autres ? Peut-être. Pour le russe, en tout cas, ça se tenait. Il y en avait certains avec lesquels il n'avait cure d'amener de but en blanc le peu d'informations qu'il détenait. Il y en avait d'autres qu'il préférait prendre avec des pincettes. Pas de chance, Fiby en était.


- Nous aimerions bien les avoir également, les réponses...

Susan tenta la première une approche. Lui, il guettait du coin de l’œil la réaction de l'anglaise à sa boutade, quoi qu'il réfléchissait toujours à l'explication à donner à la française. Son instinct protecteur entrait quelque peu en collision avec ses hormones explosives d'adolescent de 17 ans. Mais, il pensait -il le pensait sincèrement- ne pas si mal s'en sortir.

Quelle claque alors de la voir s'enfuir de la sorte. Le français en resta quelque peu perplexe. Les bouteilles, hum ? Mouais ! Il avait vu son regard. Bon sang que les femmes étaient compliquées ! Quoique ça n'était pas vraiment le bon moment pour s'en soucier. Après tout, elle avait indiqué qu'elle allait revenir. Une légère grimace, tout de même, le trahit un instant.

Stas reporta son attention sur Fiby. Il avait toujours un genou à terre et, n'en déplaise à quiconque, ce côté chevaleresque ne lui collait pas vraiment à la peau, d'habitude. Alors il se redressa et s'étira nonchalamment, faisant passer ses bras au dessus de sa tête tandis que son cou craquait. Le temps de se recomposer un masque désinvolte. Il n'empêche que c'était tout sauf ce qu'il était en ce moment, au contraire.


- Bien, tu souhaites des réponses à tes questions. Alors faisons un jeu : tu me poses une question, je te pose une question. Je réponds à celles que je peux. Si je ne connais pas la réponse, tu gagnes un joker et tu peux éviter à ton tour l'une des miennes.

Il inclina la tête de côté, comme attendant une réponse. Pourtant, il poursuivit :

- Susan t'a déjà indiqué que nous nous trouvons dans un pays froid. Le quartier que tu vois est la seule ville que nous ayons encore vu pour le moment. Plus loin, tu trouveras des bois et des lacs, puis un mur qui nous enferme. On ne sait pas répondre à la question "pourquoi ?" mais peut-être qu'avec ton aide, nous le pourrions... D'où viens-tu exactement, Fiby ?

Il y avait peut-être des points communs entre les jeunes habitants du complexe. Une théorie... qui donnerait peut-être un début de réponse.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Mer 20 Juil - 17:28

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

Alors comme sa nous sommes au nord ? Plutôt vague comme réponse ... Mais c'était sans doute vrai avec un temps pareil sa ne l'aurais pas étonné. Peut-être qu'eux aussi n'en avait aucune idée ... Tout ça ce n'était pas très rassurant, comment allait elle faire maintenant pour rentrer chez elle ?...
Susan partie pour aller déposer les bouteilles dans sa maison,  Fiby se contenta de hocher la tête de haut en bas. Maintenant qu'elle y pense si Susan avait des bouteilles d'eau est sans doute parce qu'il n'y a pas d'eau courante, et sans doute pas d'électricité non plus ... Ça ressemblait de plus en plus à un cauchemar, comment allait elle réussir à vivre dans un endroit pareil ?! C'était plus ou moins impossible !

- Nous aimerions bien les avoir également, les réponses....

Ce que Stas venait de dire confirma l'hypothèse de Fiby, ils ne savaient pas où l'on était exactement. Tout sa n'avais aucun sens... Ce qui amena Fiby à se poser sans arrêt la même question dans sa tête ; pourquoi ? Elle avait bien quelques hypothèses mais elle doute qu'elle soit vraies...
Elle avait pensé à une caméra cachée ... Mais, toute sa juste pour une caméra cachée ? Impossible ! Elle pensa aussi à une série télévisée, mais dans ce cas, on aurait au minimum pu les prévenir et demander leur autorisation ! Bref... Elle arrêta d'y penser pendant un moment.

- Bien, tu souhaites des réponses à tes questions. Alors faisons un jeu : tu me poses une question, je te pose une question. Je réponds à celles que je peux. Si je ne connais pas la réponse, tu gagnes un joker et tu peux éviter à ton tour l'une des miennes.

Un questionnaire sous forme de jeu, pourquoi pas ? Encore une fois Fiby se contenta d'hocher la tête de haut en bas. Elle n'était pas d'humeur bavarde aujourd'hui ...

- Susan t'a déjà indiqué que nous nous trouvons dans un pays froid. Le quartier que tu vois est la seule ville que nous ayons encore vu pour le moment. Plus loin, tu trouveras des bois et des lacs, puis un mur qui nous enferme. On ne sait pas répondre à la question "pourquoi ?" mais peut-être ton aide, nous le pourrions... D'où viens-tu exactement, Fiby ?

Donc ils étaient enfermés ... Ça n'annonçait rien de bon tout sa ... Mais bon elle se lamentera plus tard ... Elle jeta un bref coup d'œil en direction des bois, c'est vrai qu'elle n'avait pas vraiment fait attention à sa...

- Moi je viens de France, en Aquitaine, à Bordeaux... Je peux pas faire plus précis ... Et donc, tu as bien dit qu'il y avait des murs, mais c'est sur qu'y a aucune sortie ?

Fiby voulait être sûr qu'il n'y est pas de sortie... Soudain son ventre se mît à gargouiller, elle se dépêcha d'ajouter ;

- Et, comment on fait comment pour manger ?
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Jeu 21 Juil - 12:50

- Tiens, marchons un peu, pour ne pas mourir de froid.

Il avait lancé cette idée un peu au hasard. Déjà, bouger ferait circuler le sang, les réchaufferait. Par qu'il ait franchement froid mais les poils de ses bras nus commençaient un peu à se hérisser, dans la caillante du coin. Il y avait surtout un petit vent traître. Puis marcher, c'était bon pour le coeur, tout ça. Ca occupait le corps et évitait que l'esprit surchauffe.

Or, ça, ils en avaient particulièrement besoin. Elle, pour ne pas accentuer son stress post-traumatique. Lui, parce que depuis qu'il était là, rien n'avait changé. Ils n'avaient eu aucun signe d'amélioration, aucun mot de l'extérieur, aucun espoir de sortie. En secret, la nuit, il priait pour ne pas devenir dingue. Non mais pas à quatre pattes devant un autel en traini de se flageller, hein ! Juste... Il espérait.


- Bordeaux... Je connais un peu la région...

Stas resta songeur à cette évocation. Ca lui rappelait des vacances à la mer en famille. Ca lui rappelait qu'il s'était moqué de son petit frère lorsqu'il portait encore des brassards pour aller dans l'eau. Du coup, il regardait Fiby avec un petit sourire amusé. Non, non, non, concentration... Les murs ?

- Pas de sortie. Ou on ne l'a pas encore trouvée. Il faudrait faire le tour complet... Mais y'en a au moins pour la journée, peut-être même plusieurs.

Et puis elle enchaînait. Son ventre ne semblait pas étranger à cet empressement. Il contestait bruyamment. Le jeune bifurqua donc vers la forêt, pendant qu'il répondait. Juste à l'orée, il ne voulait pas s'enfoncer très loin. Quelques buissons étaient là, tout près des habitations.

Evidemment, il représentait la source favorisée par les ados jusqu'à maintenant. La première source de nourriture, la plus proche. Ils étaient donc déjà bien dégarnis, mais restaient quelques fruits éparses, que le russe indiqua à la jeune fille.


- On a quelques myrtilles... je crois. Et plein d'autres trucs dont je ne sais pas le nom. Y'en a qui sont acides, des fois. C'est au coup de bol. Après, il y a la chasse... Mais n'y pense pas, on te ramènera de la viande.

Il resta là un peu pour laisser le temps à la jeune fille de picorer quelques spécimen. Lui-même en ingurgita 3 ou 4, pour patienter. Quelles questions pouvait-il poser afin d'orienter leurs recherches ? Ils étaient deux français, une anglaise, une japonaise et bientôt deux italiens...

Non, il n'y avait pas de lien de ce côté-ci. Ca n'était pas représentatif, il n'y avait pas un adolescent de chaque pays du globe. Ni deux de chaque, genre à la "arche de noé". Par contre, une autre idée faisait son chemin. Une sorte de sanction... ?


- Hum... Tu avais de bonnes notes au bahut, Fiby ?

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Sam 23 Juil - 23:59

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

Stas proposa de marcher un peu ... Ce n'était pas une mauvaise idée, sa occuperait un peu Fiby... Elle observa autour d'elle... Les maisons étaient vraiment tout identiques ... Les gens qui les avaient enfermé ici auraient pu faire un effort pensa-t-elle en ayant un léger soupir. Apparemment Il connaissait un peu Bordeaux... Elle eut une légère pensé pour ses parents, que pouvaient-t-ils bien faire à cette heure si ? Elle essaya de se rassurer elle-même en pensant qu'il était sans doute en train de la chercher et de faire des avis de recherche et tout l 'tralala ... Mais, c'était vraiment le cas ? Après tout elle avait bien vu qu'il y avait ses affaires dans l'armoire et sa aurais pu être ses parent qui les auraient préparer...

- Pas de sortie. Ou on ne l'a pas encore trouvée. Il faudrait faire le tour complet... Mais y'en a au moins pour la journée, peut-être même plusieurs.

Il restait donc toujours un espoir... Petit, mais c'était déjà mieux que rien. Et puis si ça lui permettrait d'avoir une chance de sortir de cet endroit elle partirait volontiers à la recherche d'une sortie, peu importe le temps que sa prendrais.
Le jeune homme se dirigea vers la forêt, où il y avait quelques buissons près des maisons, Fiby le suit.

- On a quelques myrtilles... je crois. Et plein d'autres trucs dont je ne sais pas le nom. Y en a qui sont acides, des fois. C'est au coup de bol. Après, il y a la chasse... Mais n'y pense pas, on te ramènera de la viande.

Elle Souria en attrapant quelques myrtilles et autres fruits, pour ensuite former un petit tas dans sa main, qu'elle goba par la suite... Maintenant qu'elle y repense la dernière chose qu'elle se souvient avoir mangée était un plat de ravioli, dont elle ne se souvient même plus si elle l'avais fini ou non. Mais quoi qu'il en soit, Fiby avait un gros appétit...
Et puis la chasse ? Rien que d'y penser Fiby fit une petite grimace... Elle ne s'était jamais intéressé à sa, et ce n'était pas demain la veille qu'elle s'y intéresserais...

- Hum... Tu avais de bonnes notes au bahut, Fiby ?

Elle eut un léger rire, dire que sa meilleure note avait été un quinze sur vingt, ce n'était pas fabuleux ... Et puis pourquoi il voulait savoir sa ? Bah ! Après tout c'était bon tant qu'il pouvait répondre à ses questions en retour...

- Hé ben ... Pas vraiment ... M'enfin la plupart du temps j'avais la moyenne ... Enfin c'était plutôt du moyen moins ...

Maintenant c'était à son tour de poser une question... Mh...
Combien ils pouvaient être ? C'est vrai que pour l'instant elle n'avait rencontré que deux personne mais peut-être qu'il y en avait d'autres ...

- On est que trois ici, ou y a d'autres gens encore ?
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Lun 25 Juil - 14:18

Là, il avait mis le doigt sur un point commun. Les notes. Des parents d'élèves furieux qui auraient placés ici leurs enfants pour les punir de n'avoir pas bien réussi à l'école ? Bon, c'était un peu bancal, fallait avouer. Ses parents ne lui avaient pas tellement mis la pression pour qu'il change.

Peut-être... Cela pouvait-il être quelqu'un d'autre ? Un vieux rageur que le niveau scolaire baisse chaque année mais que les diplômes soient distribués de plus en plus facilement. Mouais. L'idée paraissait un peu floue au russe. Il tenait juste une piste et ça, c'était cool. Bien sur, il ignorait qu'il se fourvoyait totalement. S'il s'était un peu plus intéressé à la scolarité de Sue, en effet, il aurait su que les notes n'étaient pas un point commun.


- Bon... On est deux. Les cours, c'est pourri.

En tout cas, ça c'était balancé. Et à défaut d'être utile, ça soulageait. Le jeune homme regarda Fiby et sourit en coin. Il avait décidé qu'il l'appréciait bien. C'était sa spécialité après tout... Passer cinq minutes à connaître quelqu'un pour se permettre ensuite de le juger. Que l'issue de ce jugement soit erronée ou non, c'était ainsi.

Oh, si après quelques temps l'accusé montrait quelques signes de fourberie, Stas était tout aussi prompt à rebasculer dans l'autre sens. Là, c'était le plus souvent définitif. Mais pour l'instant, elle lui plaisait bien et il avait envie de l'aider à hauteur de ce qu'il pouvait faire.


- On est que trois ici, ou y a d'autres gens encore ?

Le russe hocha patiemment la tête après que la jeune fille ait posé la question. Une dernière myrtille gobée distraitement et il faisait mine de se remettre à marcher, s'enfonçant à nouveau dans le complexe. Les petites maisons. Des gens, il en sortait de toutes, un à un. C'était long, ça mettait les nerfs à rude épreuve.

Ils ne savaient pas quand est-ce que ça s'arrêtait. Il en restait encore tellement de vides ! Et ensuite... Ce serait surpeuplé ? L'idée de se retrouver encerclé d'enfants et d'adolescents de tous poils, certains ne parlant même pas une langue qu'il serait en capacité de comprendre, le fit grimacer. Bon sang, comme feraient-ils pour tous cohabiter en paix ? Ou pire. Il y aurait une guerre de clans. Stas secoua la tête pour se reconcentrer sur Fiby.


- On n'est pas seuls. Il y a nous trois et j'ai rencontré une certaine Yuki aussi. Une japonaise... Forcément, avec un nom pareil. Attends toi à te croire dans un animé de manga quand tu la croiseras. Elle a des cheveux blancs qui ne passent pas inaperçus ! De toutes façons, il y en a qui sortent des maisons... Pas tous les jours, mais régulièrement. Des fois même plusieurs.

Comme il était occupé à lui faire faire un peu le tour des lieux, l'adolescent prit la direction du lac -le plus grand- sans vraiment y faure attention. La nourriture, certes... Mais le manque d'eau se ferait vite et cruellement sentir pour sa jeune acolyte française, s'il ne lui montrait pas où se ravitailler. Quoique le froid étouffait un peu cette sensation de dessèchement de la gorge... au début.

- Je pense qu'il y a un lien entre nous tous. Peut-être qu'on nous a balancés ici parce qu'on ne suivait pas en cours, tu en penses quoi ? On vient tous de pays différents ; on a des langues différentes, des âges différents... Je ne pense pas que mes parents m'aient jeté ici. Les tiens l'auraient fait, pour toi, tu crois ?

Cette question... comme une éternelle ritournelle depuis leur arrivée. Ils avaient l'âge ingrat, celui de la rébellion. Malgré tout l'amour que leurs parents pouvaient leur porter -ou non- ils étaient forcés de les détester. Au fond d'eux, certains admettaient tout de même qu'ils avaient de l'affection pour ces deux êtres, vieux, qui leur avaient donné la vie.

Mais le dire de vive voix ? Bon sang, t'es con ou quoi ?
Alors non, ça tournait toujours là dessus. Est-ce que tes parents t'auraient abandonné ? C'était la seule façon de reconnaître toute l'importance qu'ils avaient pour leurs enfants.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 13
Jeu 28 Juil - 18:10

NOUVELLE MAISON ? NOUVELLE VIE ?

LE MEILLEUR MOYEN DE PRÉDIRE L'AVENIR C'EST DE LE CRÉER.

Lui aussi, n'avait pas l'air d'apprécier les cours, bah, voir quelqu'un qui apprécie ce genre de chose ce n'était pas très commun pour elle... Fiby continua de manger quelques myrtilles qui restait dans sa main en même temps qu'écouter Stas qui répondait à sa question posée plus tôt.

- On n'est pas seuls. Il y a nous trois et j'ai rencontré une certaine Yuki aussi. Une japonaise... Forcément, avec un nom pareil. Attends-toi à te croire dans un animé de manga quand tu la croiseras. Elle a des cheveux blancs qui ne passent pas inaperçus ! De toute façon, il y en a qui sortent des maisons... Pas tous les jours, mais régulièrement. Des fois même plusieurs.

Ils sont donc plusieurs à avoir atterri ici sans même savoir quoi que ce soit, d'une certaine façon se rassurais Fiby de savoir que d'autres gens étaient ici... Mais bon... il y aura certainement des gens de toutes sortes, et sa, son risque de créer des tensions... Bah ! De toute façon, on ne passera pas toute notre vie ici, on finira bien par trouver une sortie ou bien un moyen de s'enfuir, de s'échapper... Puis... Une Japonaise ?! Pourquoi avoir envoyé une Japonaise ici ? Et avec des cheveux blancs ? Elle eut un petit rire, c'est vrai que ça ressemble plus à une animée ou à un film que la réalité tout sa ... Et donc ils sortent des maisons régulièrement . Un peu comme elle, quoi. Eh ben si plusieurs personnes arrivent régulièrement, son risque de se remplir ... Elle se contenta de ocher la tête .

- Je pense qu'il y a un lien entre nous tous. Peut-être qu'on nous a balancés ici parce qu'on ne suivait pas en cours, tu en penses quoi . On vient tous de pays différents ; on a des langues différentes, des âges différents... Je ne pense pas que mes parents m'aient jeté ici. Les tient l'auraient fait, pour toi, tu crois ?

Elle écarquilla les yeux, l'idée que c'était ses parents qui l'avaient enfermé ici lui avait à peine traversé l'esprit... Mais jamais ils n'auraient pu, ils étaient toujours là, à veiller à ce qu'elle ne manque de rien, et voilà qu'ils l'auraient enfermé ici . Impossible ! Soudain elle se remémora des moments qu'elle avait passé avec ses parents, tous ces moments de joie, de tristesse, de colère ... Ce qui lui mit les larmes aux yeux, elle s'empressa de sécher ses larmes. Et essaya de faire comme si de rien n'était... Un lien entre toutes les personnes envoyées ici . Et se serais qu'ils ne suivaient pas en cours . C'était possible, mais plutôt étrange tout de même ...
- Possible mais ... avoir fait tout ça, simplement parce qu'on suivait pas en cours ... sa m'semble louche ... Peut-être que ... hum, je sais pas ... Ou bien ses gens font des expériences ! Mais ... qu'ils choisissent leur... cobaye au pif ? Un peu comme dans un film ?! Elle marqua un temp d'arrêt puis repris ;  Et puis sinon... Jamais mes parents ne m'auraient abandonné ! C'est simplement impossible !
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Jeu 28 Juil - 21:43

Les deux jeunes gens progressaient rapidement. Le lac n'allait pas tarder à apparaître à leurs yeux. Surtout à ceux de Fiby, qui ne le connaissait pas encore. Ils s'étaient de nouveau éloignés du complexe pour marcher entre quelques rares arbres, marquant la limite de la civilisation.

- Possible mais ... avoir fait tout ça, simplement parce qu'on suivait pas en cours ... sa m'semble louche ... Peut-être que ... hum, je sais pas ... Ou bien ses gens font des expériences ! Mais ... qu'ils choisissent leur... cobaye au pif ? Un peu comme dans un film ?! Et puis sinon... Jamais mes parents ne m'auraient abandonné ! C'est simplement impossible !

- S'ils nous choisissent au pif alors je réfléchis trop pour rien. Mais même si c'est au pif, il doit y avoir un lien... Un côté "plus pratique"... pour eux. Il secoua la tête Je ne crois pas non plus que les miens m'auraient laissé. Oublie ça.

Comme il se taisait, l'étendue d'eau se dévoilait devant eux. Les arbres s'espaçaient à nouveau pour laisser place à cette zone dégagée. Le lac était d'un bleu si limpide qu'on ne savait pas si c'était juste magnifique ou si la vue nous jouait un tour. Le jeune homme esquissa un sourire et pointa la station d'épuration du doigt.

Sur la berge, le bâtiment abritait une machine vrombissant furieusement. Ca se faisait un peu oublier lorsque l'on était plus loin, de l'autre côté du lac. Et puis, quand on se baignait en pensant à autre chose, on finissait par l'oublier. Mais en tout cas, elle produisait force remous là où elle expulsait l'eau purifiée. Il faudrait qu'il essaie, ça faisait peut-être un peu jacuzzi !


- On peut boire ici. J'vais essayer de faire une arrivée d'eau mieux que ça... Me manque juste un peu de matos.

Il allait préciser que dans le cas où ils resteraient longtemps, ce serait plus confortable... Mais il s'abstint à la dernière seconde. Non, décidément, ça ne semblait pas être la façon la plus appropriée de parler à la jeune fille. La ménager. Il devait la ménager.

Le jeune homme passa une main dans ses cheveux et se gratta machinalement l'arrière du crâne. Analyse de la situation : après leur petit passage sous les branches des arbres, ça commençait à sérieusement cailler. Il laissa retomber ses bras le long de son corps, avant de glisser ses doigts dans ses poches.


- J'crois que je t'ai fait voir une bonne partie de ce qu'on connait pour le moment. Des questions ? Et comme a dit Susan avant de partir... Si besoin, tu sais aussi où nous trouver.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouvelle vie [PV : Ichigo]
» Nouvelle planète, nouvelle excursion
» WTF? – Serpentard
» Arrivée dans sa nouvelle maison
» Une nouvelle maison?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: L´aventure commence :: Le complexe :: Les habitations-
Sauter vers: