Jolie bouteille, sacrée bouteille - Inauguration [Ft. Noa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Lun 4 Juil - 23:15

♪ Jolie bouteille, sacrée bouteille
Veux-tu me laisser tranquille ?
Je veux te quitter, je veux m'en aller
Je veux recommencer ma vie ♫

...


Le russe, enfin franco-russe au final, il avait un vieil air français dans la tête. C'était aussi ridicule que la joie qui l'avait empli quand il avait fait la meilleure découverte depuis son arrivée. Il chantonnait même les paroles, de sa voix grave héritée de son père. Bon, ça ne sonnait pas très juste mais au diable le solfège.

A son entrée dans le bar, il avait trouvé les locaux vides de toute âme. Evidemment, puisqu'il n'y avait que Susan et lui, en vie, ici. Enfin, même morts. Ils étaient seuls. Une chose qui ne le ravissait pas tellement, lui qui était habitué à vivre dans l'insupportable mais finalement plaisant capharnaüm de la maison familiale. Les cris de son petit frère et de sa petite soeur en pleine chamaillerie lui manquaient.

Retour de manivelle ? L'arrivée l'avait mis en colère, blessé. Il avait eu une envie folle de céder à une rage qui ne l'aurait avancé à rien. Tout casser... Ouais, et puis après ? Puis ce matin là, au réveil, il s'était senti las. Un état d'esprit qui ne le caractérisait vraiment pas habituellement. Il fallait tout explorer, tout découvrir. Ils allaient devoir se mettre à chasser. Bon sang, il voyait mal Susan agrippée sur le dos d'un sanglier, à tenter de le tuer à coups de couteaux.

L'idée l'avait fait sourire, puis il avait soupiré. Et voilà, il fallait tout organiser et le jeune homme ne savait pas par où commencer. Chez lui, son père avait tout de suite mis sa touche russe en faisant sentir à chacun que ça n'était pas à l'aîné de s'épuiser et que tout devait lui tomber dans la bouche. Bon, sa mère n'avait pas franchement agréé cette idée... Mais globalement, il n'avait pas été particulièrement préparé à endosser ce genre de responsabilités. Quoique, une petite voix lui soufflait dans la tête que ça ne lui ferait pas de mal.

Tout ça pour finalement débarquer dans ce bar désaffecté et réaliser la meilleure découverte depuis son arrivée. Il avait contourné le comptoir et rapidement dégoté quelques bouteilles oubliées. Une aubaine. Voilà qui allait lui remonter le moral en ce jour.


- Jolie bouteille... ♪ fredonnait-il gaiement.

La-dite bouteille, première de la série, fut donc ouverte. Le jeune homme ne tarda pas à la porter à sa bouche.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/07/2016
Sam 16 Juil - 1:54

           
Jolie bouteille, sacrée bouteille - Inauguration


- « Hein… ? »

Une ombre. Une silhouette. Autre que celle de cette vache à lait d’Arianne en tout cas. La première meuf que j’avais vue ici. Peut-être un autre gamin dans le même pétrin que nous ? Ou un autre adulte qui savait ce qui se passait ici ? Va savoir ! Toujours est-il qu’il fallait le suivre, ce que je m’évertuai à faire avec précaution, tel un ninja et ce malgré ma carrure. Je l’entendis siffler un air dont les paroles ne m’étaient pas du tout familières, mais peu importe. D’un peu plus loin et dans une allée mieux éclairée, je pus mieux m’apercevoir qu’il s’agissait d’un adolescent. Au vu de sa carrure et de sa dégaine, aucun doute possible. Mais tout de même, je le suivis silencieusement. On sait jamais, comme on dit.

Sauf que le gosse au lieu d’emprunter un passage secret ou quoi, se dirigea tout bêtement dans un bar. Un coin délabré. Mais plutôt que de déchanter, je continuai à le suivre. J’avais l’espoir un peu puéril qu’il emprunte un passage secret, quelque chose dans le genre, mais quedal. Il n’en fut rien. Au vu des mouvements de l’inconnu, il fallait croire qu’il était en pleine fouille. Et s’il était en pleine fouille, cela voulait tout simplement dire qu’il était aussi paumé que nous ici. C’était comme je l’avais précédemment pensé : Il n’y avait pas que nous dans cet endroit plus que bizarre. J’eus tout de même un soupir en le voyant dégoter des bouteilles, sans doute ravi de ses différentes trouvailles. Un insouciant…

Ou quelqu’un qui savait ce qui se tramait, peut-être.

- « T’as l’air vraiment tranquille, mec… »

J’étais sorti de nulle part et m’étais soudainement avancé vers lui, calmement. Mon visage était plus ou moins ferme, mais j’avais naturellement cette gueule. Et bien entendu, j’avais carrément parlé italien. J’étais sûr qu’il me comprenait, ne m’imaginant pas un seul instant que ce trou perdu du monde accueillait des gens de divers horizons. Bien avant d’arriver vers son niveau, au comptoir, je regardai à gauche et à droite, mais il n’y avait rien qui puisse vraiment attirer mon attention. Le coin était délabré, mais complètement. J’eus un soupir puis me positionnai tout juste devant le brun devant moi que je dépassais d’une bonne tête. Seul le comptoir nous séparait. J’aurai pu m’intéresser à sa bouteille…

Mais j’étais pas d’humeur.

- « Je m’appelle Noa. Et toi ? Tu sais ce qui se passe dans ce trou paumé ? »

Que lui avais-je finalement demandé. Toujours en italien, on s’entend.


           
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Sam 16 Juil - 13:57

Le goût était amer, épicé, mais l'alcool réchauffait agréablement sa gorge. Stas ferma un instant les yeux après avoir reposé son verre -un verre en format bouteille, certes- et s'accorda l'apparition d'un petit sourire satisfait sur son visage. Quand il fut perturbé par un espèce d'embrouillamini de mots confus aux sonorités chantantes. Du i, du a, du o, à toutes les sauces que tu voulais.

Cette fois, c'est une moue d'incrédulité qui modela le visage du russe. Les yeux ouverts, et bien grands, il dévisagea longuement l'italien qui venait de se poser en face de lui. Heu... C'était plus fort qu'il avait cru, ce liquide. Alors il s'appela au calme, dans la langue de son père, se marmonnant des mots incompréhensibles à lui-même.


- Успокойся, Апалков... (Ouspokoïssaya, Apalkov)

Il reprit une gorgée et reposa son attention sur Noa. Bon, il ne rêvait pas d'armoires à glace, habituellement. Il paraissait donc improbable que l'italien soit un fantasme issu de son esprit. Alors... Un nouveau. Ses idées s'éclaircirent tout à coup. Il n'était plus le seul mâle du complexe.

Qu'est-ce que cela impliquait ? Pas grand chose... Il n'allait pas commencer à faire son macho dans cette situation. Mais si, tout de même. Ca produisait un certain changement. Ils seraient plus forts, à eux deux. Et par ailleurs, il serait toujours bon d'avoir un ami sur lequel compter en cas de crise mensuelle féminine. Oh oui... Si jusqu'à maintenant il avait eu la chance d'être préservé de ça, le Stas se figurait bien à quel point cet équilibre était fragile.

Alors, il fallait faire connaissance. Déjà, trouver un moyen de communication. L'italien devait avoir plein de questions, s'il débarquait. Le français tenta une approche maladroite en espagnol... Quoi ? C'était pas dans cette langue que l'autre avait parlé ?


- Me llamo Stas. Justo.... Arrivado ?

Avait-il omis de préciser que, si Sue se moquait de son accent anglais seulement, il avait en fait un problème général avec la totalité des langues du globe ? Bon... Hormis son français natal et son russe paternel qu'il baragouinait à l'occasion. Sérieusement, il aurait vraiment dû suivre en cours, au lieu de sécher. Mouarf...

- Heum... Je suis français en fait. French, précisa t-il en passant du français à l'anglais. Okay ? ... K'm on...

Et le russe de lui désigner l'un des tabourets de bar, l'invitant à s'asseoir. Ca partait en effet sur une pente qui paraissait longue. Autant ne pas se fatiguer tout de suite. Stas poussa la bouteille vers Noa, l'encourageant d'un signe de tête. Si, si, il en aurait besoin.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/07/2016
Sam 16 Juil - 15:12

           
Jolie bouteille, sacrée bouteille - Inauguration


Au tout début, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une mauvaise blague. Qu’il se foutait de ma gueule. Ma mine fut sévère pendant même une bonne poignée de secondes, pour vous dire. Mais plus il changeait de langue et plus il me confortait dans le fait qu’il n’était pas vraiment un italien. Sa phrase en français acheva de briser tous mes doutes et autres appréhensions. L’accent ne mentait pas. J’étais bel et bien en face d’un frenchie. Un cousin européen quoi. Et là, mon échine fut parcouru d’un frisson. J’avais la nette impression d’avoir été embarqué dans quelque chose de gros. Un truc qui me dépassait totalement. Qui nous dépassait même. Si bien que j’eus un air réfléchi pendant un instant.

- « Si c’est de l’anglais, c’est ok. Je me débrouille pas trop mal… »

Avais-je fini par dire en anglais british. Etonnant ? Pas vraiment. Dès le primaire, mes parents avaient mis l’accent sur l’anglais. Les Alighieri étaient des bourges et ils nous étaient maintes fois arrivés de voyager en dehors de l’Italie. Mis à part ce fait, j’avais eu pour objectif de devenir diplomate. L’apprentissage de cette langue passe-partout s’était donc imposé à moi et je l’avais peaufiné durant mes années au lycée, après mon incarcération. Pis, il y avait eu cette rumeur sur mon cas, comme quoi j’aurai des chances d’intégrer l’équipe olympique de mon pays. Autant de raisons qui m’avaient poussé à me donner à fond dans cette langue, même si ma gueule ne le faisait pas vraiment penser.

- « Je suis vraiment désolé, Stas. J’ai pensé que tu étais italien comme moi. J’ai croisé une fille avec de gros nichons qui l’est, donc… Stas, c’est ça ? Enchanté. »

Je lui tendis la main de bon cœur, sans pour autant vraiment sourire. Je ne savais pas trop s’il fallait être ravi ou s’il fallait s’inquiéter davantage de notre situation, mais trop réfléchir ou trop s’inquiéter ne mènerait sans doute à rien. Après qu’il ait ou non serré ma main, je m’appuyai sur le comptoir, avant de passer par-dessus, grâce à saut bien effectué. Je retombai à côté du français, avant de commencer à observer les environs. De l’alcool… De l’alcool et de l’alcool. Pas à foison, mais j’avais l’impression qu’il n’y avait que ça dans le coin. Un peu méthodique, je me à fouiller les différents placards et autres à la recherche d’un truc à bouffer ou de l’eau, mais quedal de ce genre. Restait plus que le frigo…

- « T’as une idée d’où on est ? Ce qui se passe ici ? Tu as vu d’autres personnes ? »

Pendant que je lui posai ces questions en espérant qu’il comprenne mon anglais malgré mon accent de rital, je continuai d’examiner méthodiquement les lieux. Un bar sans doute désaffecté. Abandonné depuis un petit moment maintenant, il faut croire. Je finis par arriver devant le frigo avant de l’ouvrir. Un cafard s’en échappa et disparut très rapidement de ma vision, mais je m’en foutais. Par contre, je tombai sur des bouteilles d’eau au milieu de quelques canettes de bières et de sodas. Trois. Une aubaine. Je me précipitai sur l’une avant de l’ouvrir et de boire comme un assoiffé. J’en versai même un peu sur mon visage. Je tenais l’alcool, mais j’avais pas vraiment la tête à en boire pour le moment. Plus tard, peut-être.



           
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Sam 16 Juil - 16:51

Le blondinet semblait clean, peut-être un peu strict, mais sympathique à première vue. Stas aurait certainement eu un comportement tout autre s'il avait su à cet instant qu'un ancien taulard lui faisait face. Mais non, quoique balèze et doté d'une cicatrice en travers du visage, il semblait plutôt de bonne famille. Pas que ça changeait grand chose dans son appréciation, mais il se tint différemment... un peu.

Le russe inclina la tête de côté et acquiesça à la confirmation de la langue. Ils avaient un compromis. L'anglais, langue universelle. Ca lui tira un sourire en coin. N'avait-il pas vaguement entendu, un jour, en cours d'histoire, que Napoléon avait instauré le français comme langue universelle, quelques siècles en arrière ? Mais l'époque contemporaine avait effacé cela d'un revers de la main, en plus des colonies... Et voilà qu'il le regrettait maintenant. C'aurait été à son avantage de glandeur scolaire reconnu.

Tout de même, il parlait suffisamment (ou était-ce l'instinct masculin ?) pour comprendre cette histoire de nana à gros nichons. Oh... Attends ! Il ne l'avait pas vu celle-ci, non plus ! Combien y'en avait-il, encore, d'autres ? Ou... ? Nan, bien sur que nan... Il ne pouvait pas parler de Sue, elle n'était pas suffisamment pourvue pour qu'on la décrive en ces termes. L'anglaise, elle avait d'autres atouts.


- Ouais, c'est bien ça. Ravi, Noa.

Le français se saisit bien volontiers de la main tendue et la pressa solidement. Ca faisait du bien. L'italien était moins dérangé que les autres. En tout cas, c'est l'impression qu'il donnait. Un sain d'esprit parmi les fous... Encore une fois, cela démontrait qu'il était un contact à conserver.

La mine plutôt close, il chercha que dire. "Hey, guy ! Trop sorry, t'es tombé dans un asile de fous et on va tous mourir de faim !" ne semblait pas très approprié. Alors tandis que le blond recherchait de la boisson, le brun recherchait une formulation adaptée.


- On est pas seuls, ça c'est sur. J'ai rencontré une anglaise, une... japonaise. Il fit la moue. Et même une môme. Une française. Mais tu es... Il s'arrêta juste avant d'indiquer que Noa était "la première couille" qu'il voyait. Que des gonzesses, à part nous deux. Joli terrain de jeu, hum ?

Un sourire ironique déforma la ligne froide des lèvres du russe. Les filles... Dire que ça l'avait rebuté jusque là. Désormais, qu'on lui dise seulement qu'on avait touché à sa Sue et il ne répondait plus de rien. Comment ça, il n'arrêtait pas d'y penser ? Ouais, mais c'est qu'elle résistait aussi !

- Ici, c'est... Je sais pas. Un pays froid, en tout cas. Peut-être la Sibérie. Il haussa les épaules. On a de la chance, c'est l'été pour l'instant. Enfin, on a déjà une malade, quand même. Sinon, on sait qu'il y a des murs autour de ce quartier... on a une forêt et des lacs. L'eau est okay mais on doit la remplir dehors.

Il n'avait ni le vocabulaire pour décrire la potabilité, ni celui pour l'eau courante et avait ainsi contourné le sujet. Quant à ce qu'il se passait ici, fichtre, Stas n'avait franchement aucune idée de comment répondre à la question de Noa. C'était une folie et rien d'autre. Indescriptible. Et pour la franchise...

- Au début, on était deux. Susan et moi. Seuls, tous les deux. Bientôt, ça fera 3 semaines qu'on est coincés ici. Et nous sommes cinq, maintenant, six avec ta nana aux gros nichons.

Le français réprima la moue de dépit qui le menaçait pour conserver un air sombre. Le visage fermé, il releva les yeux vers Noa en même temps que la bouteille. C'était comme porter un toast à ce monde de merde. Lui souhaiter la bienvenue en enfer.
Super, vous n'aurez plus qu'à l'appeler Cerbère.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/07/2016
Mer 20 Juil - 3:03

           
Jolie bouteille, sacrée bouteille - Inauguration


- « Au final, on est dans la merde, huh… »

J’avais suivi toutes les explications de Stas. Ça semblait invraisemblable, surréaliste, mais la réalité était ce qu’elle était. Si j’étais sceptique, je me serai certainement pincé la peau d’un bras, mais j’en avais pas vraiment besoin. Et puis, le mec à côté de moi n’avait pas de bonnes raisons de mentir. Je le sentais au timbre de sa voix et à la mine qu’il arborait. A moins qu’il ne fût depuis longtemps un acteur, ce qui était peu probable. C’était clairement pas une fiction, tout ça. Je levai moi aussi ma bouteille comme lui, pour la forme, mais le cœur, à ce moment précis, n’y fut pas. Trois putains de semaines qu’ils étaient coincés dans ce foutoir. Étonnant. Pas de quoi me rassurer, mais alors pas du tout…

- C’est pas que je te crois pas… Mais je suis… Choqué. »

Cette fois-là, je posai ma bouteille d’eau pour me choper une canette de bière dans le frigo qui me faisait face. L’idée n’était pas de se saouler sans compter que ça n’était clairement pas une solution, mais c’était mieux que de gaspiller encore les petites bouteilles d’eau que j’avais trouvé, vu ce que m’avait dit le brun. Je l’ouvris fissa et vidai la moitié de la canette d’une seule traitre, comme si de rien était. Le breuvage n’était pas frais comme on le voudrait, mais c’était mieux que rien. J’eus un gros soupir qui en dit long sur le plaisir que j’éprouvai à en boire, mais j’étais toujours autant sonné par ce que venait de me raconter mon compagnon d’infortune. Une situation plus que confuse, assurément…

- « Séquestrés par des pervers qui doivent avoir installés des caméras partout… Et qui doivent bien se marrer… »

J’avais émis cette hypothèse comme ça, la mine sombre. Ma poigne froissa et écrasa légèrement la cannette de bière dans main, mais je m’arrêtai avant de la bousiller complètement. Je finis tout de même par la vider, avant de la regarder sous toutes ses coutures. Première fois que je buvais un breuvage de ce type. La marque ne me disait rien et il semblait bien qu’il n’y avait pas marqué le pays de production. Je jetai alors la canette vide, avant de sortir le reste du contenu du frigo un à un pour les examiner, mais là encore quedal. Soit j’avais affaire à des bières du même type que celle que j’avais bu, soit il s’agissait de bières bien connus dans le monde entier. Pas évident pour s’aider à se repérer…

- « Au final, comment vous vous êtes organisés ? Qu’est-ce que vous prévoyez ? Je peux me joindre à vous ? »

Pour le moment, je n’avais pas trop le choix. Avant de pouvoir penser à une échappée, il fallait s’assurer que je survive. En vérité, seul le temps que Stas et les autres séquestrés avaient passé ici m’avait réellement surpris. J’avais eu le temps de faire un petit tour dans le coin pour avoir des repères et m’évader l’esprit. Après tout, j’avais failli sombrer dans la démence lorsque je m’étais réveillé. La migraine que j’avais ressentie aussi ne m’avait pas non plus aidé. Un passage sombre que j’éviterais de raconter au jeune qui me faisait face. D’ailleurs, en attendant sa réponse, je me mis à choper quelques petites bouteilles d’eau que je fourrai dans mes poches. Instinct de survie oblige.

- « Pour l’eau, je te laisse la moitié de la trouvaille. Ça devrait être un bon deal, non ? »

Plus qu’à attendre sa réponse.


           
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mer 20 Juil - 21:03

Le russe écoutait les idées de l'italien en balançant la tête. A gauche, à droite. Pas de vrai hochement. Il préférait ne pas croire à cette histoire de caméra. Quoiqu'il ne soit pas franchement pudique, l'idée qu'on puisse les enfermer à leur insu et les livrer à eux-même lui faisait froid dans le dos. Quel malade aurait pu s'amuser de ça ?

Puis il y avait certains films qui lui revenaient en tête et son malaise s'accentua. Non, franchement, il ne pouvait pas croire Noa. Une grimace de dégoût se dessina sur son visage. Si c'était réellement le cas, comment pouvaient-ils échapper à un tel fétichiste ? Par le suicide ? La survie elle-même leur ferait commettre des choses dont ils ne se seraient pas cru capables.

Aïe aïe aïe, son esprit commençait à divaguer sérieusement. Stas s'en rendit compte alors qu'une scène pour le moins étrange se dessinait dans son esprit. Ca le comprenait lui-même, les mains pleines de sang, un cadavre d'enfant par terre, une adolescente serrant une ceinture autour de son cou, et surtout un vieux s'astiquant le poireau devant ce spectacle !

Le jeune homme poussa son habituel juron en russe et porta la bouteille à sa bouche, tâchant de sortir cette image de sa tête. Plusieurs gorgées plus tard et la gorge rendue brûlante par la cuisson de l'alcool, ça allait mieux. Oui, c'était un peu anesthésiant. Merde, sa mère allait le tuer si elle apprenait ça.


- Hum... On n'est pas organisés. Pour l'instant, je ne fais que vérifier que les filles ne meurent pas de soif ou de faim. On avait quelques boîtes de conserve, dans les maisons. Tu dois en avoir encore sur les étagères. Plutôt que de piller les voisins, on s'est dit qu'il fallait prendre ce qui était renouvelable. On doit se mettre à chasser.

Stas n'avait pas réellement répondu à la question de l'italien. Ou l'avait-il fait en indiquant qu'ils n'étaient pas organisés ? Le français le jaugeait du regard et songeait que cette barrique serait probablement utile. Une idée germait, doucement. Ils étaient tous si différents.

- Tu devrais faire attention. Il y a des gens qui voudront abuser de toi. Il ne connaissait pas le mot pour "profiter" qui aurait été plus approprié. Il y a des gens qui arrivent tous les jours. On ne pourra pas aider tout le monde. Pas tout de suite.

Stas fronça le nez et posa son front dans sa main. Il craignait de ne pas être clair. Exposer son idée dans cet anglais qu'il connaissait mal lui donnait mal au crâne. Il aurait dû peser et choisir soigneusement ces mots mais il les lançait au hasard en espérant qu'il serait sur la même longueur d'onde et comprendrait.

- Je te laisse les bouteilles. Ca te sera utile le temps qu'on te montre où trouver l'eau. Et puis il ajouta, après un temps. Je suis pour qu'on vérifie les sorties. Si ça ne marche pas... alors on s'installe pour longtemps. On s'organise.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bouteille à la mer...
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» La bouteille d'eau emportée était une oeuvre d'Art...
» Une bouteille vide [PV Kelen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: L´aventure commence :: Le complexe :: Le bar désafecté-
Sauter vers: