Premier réveil - Feeling like the last of us
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mer 29 Juin - 22:06

Ma vision est trouble. Je cligne des yeux.
C'est comme si je sortais d'un épais brouillard.
Bon sang. Qu'est-ce qui s'est passé ?


...


Tout est calme dans le complexe. Plus encore, dans la petite maison où se tient l'adolescent encore assoupi. Rien ne bouge. Pas un souffle hormis celui de sa respiration régulière. Le monde entier semble retenir son souffle.

Puis un léger bruissement. Les doigts de sa main gauche, frôlant les draps, se sont refermés en un poing. Il entrouvre finalement les yeux. La pâle clarté lui brûle un instant la rétine, le temps que ces iris s'habituent à la luminosité ambiante.

C'est fait. Le premier garçon a repris connaissance.

Stas marmonna quelque chose d'incompréhensible et se cacha les yeux dans le creux de son coude, le droit. Il roula de côté avant de finalement abaisser sa protection, afin de regarder autour de lui. Découvrant avec stupéfaction cet espace sombre et sommairement meublé, il cligna des yeux. Encore et encore. Rien ne lui évoquait quelque chose. Des souvenirs ? Quelque chose ! Que foutait-il ici ?!

En tentant de prendre appui sur la table de chevet afin de se lever, il se rendit compte à quel point ses membres étaient engourdis. Sa main dérapa et le russe roula sur le sol, heureusement sans rien se casser. Avec un grognement, désormais bien réveillé, il serra les dents et poussa le sol de ses bras pour se relever. Il finit enfin sur ses pieds. Ses jambes étaient endolories et tremblaient un peu de supporter son poids. Qu'importe, ça ne l'empêcherait pas de marcher.

Le jeune homme ferma les yeux, enfouit les doigts de ses deux mains dans ses cheveux et prit enfin une grande inspiration. Déjà, dans sa tête, les éléments se remettaient en place et il sentait refluer la désagréable sensation d'endormissement de ses membres. Qu'avait-il fait, déjà ? Il se souvenait... Le lycée... La pause du midi... La cantine... Des raviolis... Il revoyait ce plat. Qu'avait-il vu ensuite ? Il ne revoyait rien d'autre après ceci.

Dédaignant ces souvenirs nébuleux, le garçon fronça le nez et secoua la tête, laissant retomber ses mains le long de son corps tandis que ses yeux découvraient à nouveau sa pièce d'éveil. Il en fit un inventaire rapide : quelques étagères, le lit, la table de chevet, une table et une chaise, une armoire... un rideau. Il s'approcha pour tirer celui-ci, découvrant derrière des sanitaires vétustes.

Enfin restaient son sac de cours et sa veste. Une moue d'aversion et il boudait le premier. Mais il enfila tout de même son cuir. Son odeur et son poids sur ses épaules, familiers, le calmèrent un peu. Quoi qu'il pouvait y avoir au dehors, il comptait bien le découvrir et ça ne lui faisait pas peur. Ca n'était pas forcément une vérité authentique, mais ça le rassurait de penser ainsi.

Stas parcourut les quelques mètres qui le séparaient de la porte en trois enjambées et l'ouvrit sans ménagement, assez brutalement même. L'air sec et froid le saisit immédiatement, avant même que le soleil ne tombe sur son visage. Le battant claqua dans son dos quand il l'envoya balader pour le refermer. Un léger souffle de vent vint mettre le foutoir dans ses cheveux. Il aurait protesté mais...


- пиздец ! ("Piz Diets")

C'était vulgaire et inapproprié. L'adolescent n'avait pourtant pas fini de le répéter au cours des mois qui suivraient. "C'est la merde" ! Une traduction approximative... Mais c'était effectivement une sacrée merde. On l'avait apparemment envoyé dans le nord, les alentours étaient déserts et les maisons jumelles, symétriques, parallèles, trop bien alignées, donnaient au tout un air de fin du monde à tendance invasion de zombies.

Fort bien ! Il était prêt à les cogner, ces zombies ! Il les attendait, même !
Bon, il n'était pas encore au courant qu'il n'y aurait -fort heureusement- pas de zombies...

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: S´amuser :: Archives-
Sauter vers: