The hurricane calms down in the face of the pink rose. U.C ! Autoplay !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans la pénombre
Mar 28 Juin - 0:47
Apries Mavis

Ayleward
The hurricane does not touch the rose, he kisses her with the biggest tenderness.
The blue keeps silent, in the face of the stormy rose.
Nom : Ayleward
Prénoms : Apries Mavis
Âge : 19 ans
Date de naissance : 15 juillet 1997
Lieu de naissance : New-York
Nationalité : Américaine
Sexe : Tu veux un aperçu ? 'Tention, ça va faire mal.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Apries Mavis Ayleward en cinq mots : Ouragan, Calme, Sportif, Monstre, Impétueux.
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Connard prêt à tout serait plus adapté en réalité. (solitaire)

Et une connerie de plus, une ! On se retrouve dans la forêt, avec un vieux pote, on se fait courser par les flics, pour je sais plus trop quoi, j’crois qu’on était là, où fallait pas, tant pis, bref, tout ce que j’sais, c’est que ces gros cons, ils veulent pas nous lâcher, on a beau courir comme des dératés à en faire pâlir des putains de léopards, ils restent sur nos traces. Doivent être à une dizaine de mètres de nous, et mon pote commence à perdre patience. Putain, mais barrez-vous !

Dans la nuit noire, on nous aurait pas vu, mais c’était sans compter, sur leurs lampes torches. Bon, je crois qu’on va devoir trouver une autre tactique, parce qu’à la vue de ce foutu ravin, j’avoue que j’me sens un peu comme un lion en cage. Puis bon, je suis pas une proie. Je suis le roi des animaux, pensez pas me chopper si facilement, les gars. Putain, me demande vraiment s’ils pourraient nous griller si on monte en haut des arbres… De toute façon, c’est ça, ou rien.

J’attrape la main de mon camarade de péripétie, et lui montre un chêne, avec une hauteur suffisante pour être hors de vues, surtout caché derrière les feuilles. Directement, il commence à grimper en se tenant fermement, au tronc, alors que moi, j’opte pour une autre manière, je saute, et m’accroche à une branche, tractant mon corps à la force des bras, god, un truc qu’on peut dire, c’est que le Basket, c’est vraiment le pied pour avoir un corps d’athlète sans trop en avoir. C’est clair, que j’ai pas des bras en forme de croissant comme certains sur le net, mais bon, je suis pas tout à fait normal non plus. J’ai un teint hâlé parce que j’ai des origines à tomber par terre, entre un père qui est né en Egypte, et une mère anglaise, puis de base, j’suis censé être brun, aux yeux marron foncé, mais vu que j’suis un brin extravagant, et que j’ai une meilleure amie qui s’éclate, j’me suis teint les cheveux en bleus, puis maintenant, j’ai des pépins, obligé de mettre des lunettes.

Sa race, se sont enfin barrés, au bout de vingt minutes, c’est qu’ils sont vachement collants ceux-là. Bon, maintenant on se casse. Je regarde mon pote qui galère à tenir sur le tronc, et de ma voix, « grave » je lui lâche un bref « C’bon, on se casse maintenant, laisse toi glisser sur le tronc. » Putain, v’là pas que ce con se casse la gueule jusqu’en bas. Boulet. Depuis ce jour-ci, plus aucune nouvelle, ce mec est devenu un fantôme ambulant.
Connard au sang chaud, vantard qui se croît haut ; Ta gueule. Esprit décalé, envie de baiser ; T’es sérieux là ? Frappe impulsive, poing dans les gencives ; Ouch, t’veux pas donner un esprit positif de moi putain ? Ami au grand cœur, avec de grandes peurs ; Putain, tu te fous de ma gueule. Généreux et bon, il a gagné le pompon ; T’as cru qu’j’avais sept ans, c’ça ? Claustro jusqu’au bout des ongles, ta bêtise est profonde ; Tu crois que parce que tu fais des rimes tu es intelligent ? Q.I d’huitre, tu te prends des vitres ; Nique ta race.

C’bon, t’as fini d’ouvrir ta gueule ? ; Comme dans un livre ouvert ? Deux pages, et on retire déjà nos couverts. Et c’quand qu’on passe à table ? ; Humour à deux balles, Pan, pan, putain, t’as la dalle. Mais va te faire, putain, t’me donne faim ; Gourmandise, pêché mignon, bouffe ta foutue glace au citron. Rah, bordel, crève ! ; Sportif écervelé, bras prêt à étrangler. Ton petit cou, si tu continues ; Frapper, ta seule manière de te défouler. T’veux me servir de punching ball ? ; Abruti inutile, tellement futile. Trop bon, trop con. ;

Timide à n'en plus pouvoir, toujours en train de se mouvoir ; J'te crache à la gueule, connard. Tu les préfères blondes, plus belles du monde ; les bières. Un simple pion sur cet échiquier, tu fais chier ; Bonjour l'originalité. Tu es hautain, lent le matin ; Putain. D'une vie simple et sans préjugés, tu deviens le prisonnier ; Même avec les bracelets je vais te planter. Jordan's au pied tu te prend pourr le champion, mais au lit tu t'es tapé des morpions ; Mais nique ta race avec tes putains de mythos.
Yey ! Moi, c'est Yogi, j'ai 15 balais et j'fais du rp de puis genre 1 ans et demi., j'ai trouvé le forum grâce à la gentille "fondatrice", puis j'suis le graphiste et franchement, j'le trouve vachement Badass. Juste un petit truc à redire, je comprend pas pourquoi Apries il fait tout le travail tout le temps. Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris pleins de choses qui se sont envolés !
« Apries, y a ton amie qui t’attend en bas, pour aller à l’école !
- Hein ?
- Ne discutes pas, descends ! Tu ne vas tout de même pas la laisser sur le pas de la porte cent-sept ans !
- Oui, c’est bon, j’arrive… »

Des bruits sourds provenant de la chambre du jeune garçon alors âgé de huit ans se firent entendre.

« Mais qu’est-ce que tu fais voyons !
- Rien, rien, j’arrive ! »

Quelques secondes plus tard, le voilà déboulant des escaliers habillé à la va-vite, et son sac bancale sur l’épaule. « Priscilla ? » dit-il avant que la jeune fille aux cheveux blonds hoche la tête. Un long soupir, sortit de sa bouche, et le regard de sa mère vint se poser sur la tête du brun qu’il était alors, et les mains sur les hanches elle vint à lui demander d’une voix presque sévère « Eh ben, t’en fais une tête, puis c’est quoi ces manières, on accueil pas ses amis comme ça, voyons ! »

Mais je lui ai parlé qu’une fois… Pensa-t-il.
« Bon, alors, on y va ! On va finir par être en retard ! » la petite fille se précipite au bras du jeune garçon, et le tire de force dehors avant de fermer la porte.
« Pourquoi tu viens me chercher chez moi, t’as personne d’autre à voir ?
- Hm ? Nan ! En fait, j’ai pas beaucoup d’amis. Enfin juste toi, en réalité…
- Comment ça, j’suis ton ami ?
- Tu veux pas…? »

La blondinette se mit à pleurer, et Apries soupira « Si, si, t’es mon amie.. » S’il s’avait à quoi s’attendre plus tard. Au départ il n’y pensait pas vraiment. Puis les jours suivirent, elle venait chaque matin le chercher pour aller à l’école, jusqu’à ce que ceux-ci aillent au collège.

Quand elle venait, il était embêter, mais maintenant qu’elle n’était plus là, elle lui manquait. Il essayait de la voir durant les heures de trous. A chaque pause, il la cherchait du regard, mais chaque fois, elle était avec quelqu’un, parfois dans un groupe de garçons, parfois dans un groupe de filles.

Il avait fini par penser tout simplement qu’elle ne voulait plus de lui comme ami. Il a voulu faire comme tous les pseudos copains de la blondinette, et se mit à faire du sport, du basket. A chaque match, et chaque entraînement, il la voyait, mais elle fixait les Autres. Pourquoi ? Il était obsédé par cette fille.

En plein entraînement, Apries se mit à frapper dans un mur, d’énervement, un enfant ne calme sa colère que par rage, colère, et crie, et l’enfant qu’il était ne dérogeait pas à la règle. La blondinette s’approcha de lui, tandis que ses autres camarades se moquaient éperdument de son sort.

« Laisse-le, Pris’ c’est qu’un gamin ! Il fait juste le bébé parce qu’on le rétame à chaque match. »

C’en était trop pour lui, il se retourna, approcha doucement vers le grand gaillard qui s’était moqué de lui, et le frappa, encore et encore, jusqu’à ce que deux autres viennent l’attraper et le tirer en arrière. « Mais t’es fou ?! Apries ! » Le grand blond se releva, les lèvres en sang, il commença à s’approcher, brandissant le poing pour le menacer.

« ARRÊTE ! C’est toi qui l’as cherché ! » Lui avait-elle craché au visage. « Ouais, bah il aurait peut-être dut savoir se maîtriser avant de vouloir s’en prendre à moi. » Il continuait d’approcher, menaçant de nouveau le brun, cette fois-ci, la blonde s’était mise en travers, bien préparée à ne pas laisser les deux se battre, le grand vira Priscilla d’un simple coup et Apries cracha à la figure de celui-ci. « T’va me le payer ! » Cria-t-il. Un, deux, à terre. Et le voilà prêt à en faire prendre plein les dents à ce jeune homme, Alexander. Ce pur gosse de riche, qui pensent que tout lui est dût, et qu’il est capable d’exterminer tout le monde. Et avec des parents racistes, il était évident qu’il le serait tout autant. Il rabaissait sans arrêt sans arrêt Apries, comme s’il était un déchet de l’humanité. Ah, il l’aura très vite regretté.
La veille, le professeur avait arrêté la bagarre, et les deux élèves avaient été envoyé directement chez le directeur, et lorsqu’ils ressortirent, c’était tous deux accompagnés de leurs parents respectifs, ainsi qu’une exclusion temporaire. Malheureusement, seul Apries fut réellement réprimandé par ses parents…


Le matin, Apries tentait de dormir, alors qu’une personne tentait de le réveiller « Apries… S’il te plaît réponds-moi !... » Le gamin ouvra un œil, pour voir la petite tête blonde qu’il aimait tant. « Priscilla… Qu’est-ce que tu fais ici, il est dix heures… Y a cours… » Elle faisait une mine boudeuse « Hm, c’est à ça que tu penses en voyant que j’viens te voir..? » Il se mit droit, pour la regarder un peu mieux, avant de voir la petite balafre, qui marquait son visage. Il posa sa main sur sa joue, avant de soupirer. « C’est de ma faute…
- Dit pas de bêtise, t’y es pour rien, si c’est un abruti fini. »


Juste après, elle venait se blottir contre lui, se mettant sous les couettes « Eh dit, c’est le week-end, demain, tu penses que ça dérangerait tes parents si tu venais dormir à la maison..? Ça fait longtemps, qu’on l’a pas fait… » Apries était gêné, seulement, la revoir, auprès de lui, lui faisait beaucoup de bien. « Moi qui pensait que tu m’avais oublié… Que tu m’avais remplacé…
- Pourquoi tu pensais ça..? » Il déglutit, peut-être en avait-t-il trop dit ? Peu importe, la jeune fille n’avait que faire de sa réponse, elle était simplement contente de retrouver son ami d’enfance. « Mais du coup, tu m’a pas répondu, tu penses que ça sera possible ?
- Hm, je suis puni de sortie, mais bon, ils n’ont jamais réussi à te refuser quelque chose, donc, je suppose que ça devrait aller, oui ! » Après un léger gloussement, ainsi qu’un bâillement, Priscilla finit par s’endormir dans les bras du grand et brave Apries. Enfin, grand et brave, seulement de nom.


Au fil des années leur relation a perdurée, et elle devint très vite de plus en plus ambiguë à mesure que le temps passait, entre les passages où ils dormaient collés dans le même lit, alors qu’il avaient respectivement des petits copains, ou bien même les nombreuses embrassades. Bien sûr leurs conjoints ont vite perdu patience et les ont jetés. Tous deux connaissait bien la raison qui les avait poussés à faire cela. Et puis c’est très vite partit en vrille, lorsqu’un soir, les deux s’embrassèrent, sans raison apparente, juste une petite folie ? Et puis, il y eut l’université. Ils étaient tous deux dans des pôles différents, l’un dans une partie sportif, et l’autre dans des études de lettres.


Et puis enfin. Il y eut ce jour. Ce repas. « Cool ! Première fois qu’y a des raviolis ! Tiens, Apries !
- Prisc’, j’t’ai déjà dit que j’suivais un régime strict…
- Tais-toi, et mange ! »

Putain de raviolis.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 19
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Sam 2 Juil - 15:37
Mais tu te bouges pas le cul toi vraiment !
Tant mieux pour moi, je serais seul et entouré de femmes 8)
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 01/07/2016
Age : 20
Mar 12 Juil - 17:18
Pff, tout de suite on parle d'un harem.

Bref, bon courage à toi, et pour une fois que je peux le dire, on t'attend de pied ferme. (puis j'aime bien les connards. Je suivrai cette fiche avec d'autant plus d'attention woaw )
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans la pénombre
Mar 12 Juil - 19:11
Non, mais Susan lui suffit pas apparemment °W°'

Merci, j'avance, j'avance, mais vivre en décalé, c'est compliqué, ensuite pour ce qui est d'Apries, il deviendra un vrai Connard, avec un C majuscule.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 19
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mar 12 Juil - 20:06
J'ai jamais dit que Susan me suffisait pas.

Mais il me faut bien aussi quelqu'un qui me fasse la cuisine, une autre le ménage, une autre la vaisselle, une autre le linge...

Ouah je plane moi Il croit être beau

EDIT : Puis oh.... Il est un peu tôt pour parler couple bon sang. J'suis pas un mec comme ça moi. Je peux pas m'engager dès le premier RP ! awesome
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: Salut le nouveau :: Le destin repose sur eux :: Dossiers sauvegardés-
Sauter vers: