Fiches de nos anciens membres & Fiches abandonnées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Invité
Dim 3 Juil - 11:12
Aika Westwood
MAKE YOUR HOUHOU COME TRUE ! JUST HOUHOU IT ! Tu as fini tes bétises ? HOUHOUH JAMAIIIIIIIIIIIIS
CITATION
Nom : Westwood
Prénoms : Aika ou simplement Ai pour les proches
Âge : 18 ans
Date de naissance : 21 mai 1998
Lieu de naissance : Née en Russie à Kazan, de parents américano/russe.
Nationalité : Russo/Américaine
Sexe : женщина (Femme o/)
Orientation sexuelle : Aucune préference du moment qu'elle aime.
Invité en cinq mots : ; Gentille, charismatique, maladroite, dissimulatrice et joyeuse
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Pacifique quand personne l'attaque et belliqueuse si quelqu'un touche son groupe. Sinon c'est une Leader !
Alors pour parler du physique de Aika Westwood, il faut préciser 2 choses. On ne parlera pas du tout du fait qu'elle est plutôt belle voire carrément belle pour certains de ses ex. Et aussi on oublie directement le fait qu'elle fasse 16 ans pour ses 18 ans. Oui, oui on oublie ! Commençons !

Aika est de base une créature assez banale pour sa taille et son poids. 168 centimètres pour 57 kilos. Disons que la miss démarre pas trop mal dans la vie. De cette taille et de ce poids, nous allons parler de son corps de haut en bas. Dotée d'une abondante chevelure noire, Aika aime la décorer avec des petites barrettes en forme de triangles pour ne pas que ça tombe sur sa figure et mettre un bonnet dessus. Mais particularité amusante de sa chevelure, elle est dotée d'un reflet assez prononcé bleuté.  Dès que le moindre éclat de lumière passe, sa chevelure devient comme un rivière infinie qui tombe dans sa nuque jusqu'en bas de sa taille. Son visage est intéressant. Il est tellement rempli de défauts qu'il en en devient beau et unique. Ses lèvres sont asymétriques et forment naturellement un sourire en forme de cœur. Ses yeux sont trop gros pour le commun des mortels et semblent lui manger le visage la rendant comparable à une petite chouette bleu. Car ses yeux sont d'un bleu parfait. Un bleu qui reflète son âme. Peut-être trop bleu pour certains car ça peut en devenir inquiétant.

Son visage est parsemé si et là de petits boutons signe bien distinctif d'une sortie de l'adolescence assez tardive. Elle en a pas honte juste elle aimerait bien que ça disparaisse plus vite. Son nez est droit et aquilin pointant l'avenir avec une assurance certaine. Elle a des joues encore un peu ronde lui donnant encore un peu un charme enfantin typique. Son corps en général est bien proportionné, pas trop de poitrine et une taille juste marquée par sa tendance à serrer au maximum ses vêtements. Ses jambes sont fines et fuselés par sa tendance à marcher et à courir.

Son style vestimentaire est disons compliqué. Elle varie beaucoup entre le très classique et le très original. Elle peut passer d'un tailleur à un jean déchiré en 2/2. Pourtant, son cœur ne bat que pour le lolita gothique mais elle n'osera jamais tenter ce style parce qu'elle se trouve trop grosse et mal faite pour ce style qu'elle n'aimera que du regard. Et ce à jamais.

Très banal pas vrai ? Aika elle même se demande pourquoi vous la regardez ainsi sous tout les détails !
CARACTERE : Aika est cette fille. Cette fille qui fait grincer des dents par son sourire et son bonheur. Aika est cette fille faite de citron et miel qui semble évoluée dans une autre dimension. Même perdue dans le fin fond du monde, elle réussirait encore à relativiser et a restée optimiste. Comment fait elle ? Comment arrive t'elle à ne jamais se laisser glisser dans le réconfort et la facilité du désespoir ? Bien sûr comme tout le monde, elle peut être tentée. Elle peut se laisser aller dans la facilité des larmes et se plaindre sur ses propres malheurs. Mais, elle s'arrêtera parce que c'est une fille qui veut espérer. Une fille qui préfère se battre jusqu'à la mort pour une cause perdue qu'abandonner cette quête.

Naturellement gentille, elle ne croit pas au mythe de l'homme loup, elle préfère essayer sincèrement d'aider et de comprendre au lieu de chercher son intérêt. Aika n'est pas une cruche clichée. Aika n'est pas une fille candide. Non Aika n'est pas quelque chose qu'on peut manipuler par ses bons sentiments. Aika est comme le vent. Elle vole, virevolte. Caresse doucement les joues pour mieux les fouetter après, aider les hommes pour mieux les détruire. Car Aika est une Némesis. Elle n'est ni bonne ni mauvaise malgré sa forte tendance à la bonté et la douceur. Non, elle considère que le monde doit être fait d'équilibre. Le bien et le mal doivent coexister. Pour une bénédiction, il faut une malédiction.

Sinon que dire de plus sur ce petit bout de femme ? Dotée d'une force de caractère assez rare, c'est une leader née. Personne ne peut contester réellement ses propos et elle le sait. Mais sa conscience lui souffle que c'est idiot. Un chef doit régner de façon noble et juste. Souvent, elle s'en est mangée plein la bouche parce qu'elle refusait de baisser la tête. Aika est une fille fière et droite dans ses bottes. Aucun mensonges ne traverse jamais sa bouche et elle dira toujours la plus simple des vérités tout en souriant d'un air impassible. Car oui, elle est passée maître dans l'air de dissimuler ses émotions sous un sourire parfait et une face impassible. Parfois on la trouve hautaine ou idiote, mais c'est simplement qu'elle a du mal a être « humaine » au sens littéral du terme. Malgré son charisme, son intelligence et son optimisme à tout épreuve, elle ne comprends pas les humains. Elle ne comprends ce qui fait « mal » à dire et ce qui est « bien » à dire.

Aika est la fille qui paraît en étant, la fille qui vous laisse un goût de souffre dans la bouche mêlé à la douceur de son miel. Aika est une manipulatrice avant d'être une femme. Elle ne ment pas oh non, mais parfois. La vérité prend des masques avec elle. Pleine du sentiment enivrant de contrôle, elle tournoie parmi les siens. Peut on arrêter une brise ? Peut-on arrêter un ouragan ? Non et Aika en est la preuve vivante.

Aika signifiant lamentations, il fut toujours amusant de constater que cette prédication ne s'appliquait pas à cet enfant. Mais si on cherche bien, Aika porte ses remords comme le Christ porterait sa croix. Il y a des actions qu'elle regrette, des mots qu'elle aurait dû tuer. Des visages qu'elle n'aurait pas oublier. Mais pourtant, elle cache tout ça. Parce qu'un chef ne doit pas pleurer, un chef ne doit pas se lamenter.

Passons à des choses plus joyeuses. Comme dit plus tôt, la cadette Westwood semble appartenir à un autre monde. Toujours joyeuse, toujours enjouée. Rien ne semble l'arrêter. Elle et sa folie débordante. Car oui, Aika est folle. Pas la folie violente et vulgaire que les médias aiment tant nous montrer. Oh que non ! Aika est pourvue d'une folie douce. Une folie incompréhensible et sans dégats. Cela peut être par exemple une façon de penser qui change de l'ordinaire, des gestes ou des mimiques déplacées ou bien des tendances à oublier tout et n'importe quoi. Cela peut passer de l'oubli de respirer à l'oubli de son prénom. Eh oui ! Si on était dans un jeu, Aika aurait le Passif suicide +Maladresse mortelle. Car oui encore plus dans le clichée, elle est maladroite. Tenir droit une bougie avec elle, c'est plus compliqué que lui parler italien.

Souffrant de déficits de l'attention, Westwood survole les informations. Rien ne la maintient intéressée longuement. En fait, elle se lasse facilement et d'autant plus qu'elle assimile toujours plus vite ce qu'elle voit. Ce qui fait que la Miss est la personne la plus imprécise qui soit. Peut-être trop. Peut-être pas assez ? Mais pour elle tout coule de source. Il est pas rare de la voir s'enflammer pour une carte qu'elle a dessinée et qui tout sauf précise. C'est un coup à avoir juste « Au nord lac et au sud Maisons » parce que pour elle ça coule de source. Aika n'est pas très compréhensive comme fille.

Peut-être parce qu'elle ne vit que dans sa bulle ? Peut-être parce qu'elle aime bien faire chier ? Seul Satan le sait ce qui se trame dans sa magnifique tête bien faite.

MAIS, venant en au contexte je vous prie !

Aika est une fille qui se laisse pas facilement déboussolée et comme les chats, elle retombe facilement sur ses pattes. Elle serait plutôt du genre à fonder une société en évitant de reproduire les erreurs de l'ancienne. Elle est patiente et calme donc construire une société brique par brique, enfant par enfant serait plus sa voie. Même si elle doit y mettre sa propre contribution, elle serait capable de fonder une tribut avec ses propres doigts. Sachant s'entourer, elle pourra faire des grandes choses si le destin le veut. Si il faut, elle pourra tuer pour protéger les siens. Mais ça ne sera pas de gaîté de cœur mais plutôt comme une fatalité mal dissimulée.

Malgré tout, elle pleurera souvent la nuit enfonçant son bonnet sur sa tête pour ne pas hurler de terreur. Car oui, elle aura peur. Elle aura froid. Elle ne saura pas réellement quoi faire. Elle n'aura juste que le sentiment surpuissant de devoir recréer une société pour offrir à tout ceux qui partage le même calvaire qu'elle un dogme de protection pour ne jamais souffrir comme elle a pu souffrir au début.
Yey ! Moi, c'est Hime, j'ai 22 balais et j'fais du rp de puis genre 5 ans, j'ai trouvé le forum grâce à Au hasard et franchement, j'le trouve vachement Cool et original. Juste un petit truc à redire, Beaucoup trop sombre le texte de saisie Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris que le code était un sacrément garnement !
A vrai dire sur ta vie, tu n'avais pas grand-chose à dire.
Née de parents provenant de pays si différents et donc de mentalité si différentes, tu as toujours été tirée par 2 mondes. 2 façons de penser.
Ton père américain te disait que ce qui comptait était l'Homme au singulier puis de tout de façon le groupe n'était fait que de plein d'hommes. Mais ta mère russe te disait l'inverse. Elle te disait que le groupe était la vie et que sans, tu étais comme un bébé perdu. Alors toi, tu ne savais pas quoi penser. Tes parents s'étaient rencontrés au Japon et donc à l'honneur de ce pays avait décidé de t'offrir ce nom « Aika ». Si tu avais demandé à tes parents l'écriture de ton prénom, tu aurais appris que cela signifiait Lamentations. Car ta naissance est le fruit d'un secret de famille bien caché.

En effet, ton père et ta mère n'étaient pas si « différents » biologiquement que ça. En fait, ils étaient cousins. Nés si éloignés l'un de l'autre, ils se sont rencontrés au Japon et le coup de foudre était né. Leurs parents ont désapprouver cette union en posant la vérité de leur affiliation génétique. Il y avait un froid entre les 2 sœurs, mères de tes parents donc aucunes des 2 n'a annoncée à l'autre la famille qu'elles avaient fonder.  Mais rien à faire, Alla était enceinte de toi, Aika. La famille dégoûtée par cette union contre nature, les rejetèrent. Par dépit, le couple maudit s'installa en Allemagne pour te mettre au monde. Toi, petite Aika. Ils s'aimaient toujours ! Mais ce n'était plus pareil. Il avait le sentiment d'avoir commis un sacrilège. Alors ton enfance se passa ainsi, dans l'amour de tes parents mais dans le regret sous-jacente de leur amour. Tu étais une petite fille parfaite. Joyeuse, vive, intelligente et sage. Aucun de tes 2 parents n'ont jamais eu à rougir de toi et de tes actes. Fascinée par le commerce, tu t'amusais à jouer à la caissière avec tes parents. Comme si ce n'était pas assez d'une petite, tes parents donnèrent vie à 3 petits bébés nommés Aaron, Anton et Lucy. Ils étaient occupés par les triplés donc ils t'oublièrent un peu. Toi et tes grands sourires.

Tu l'as pas pris mal, tu t'es juste contentée de rester auprès d'eux. Alors muettement, tu as compris que tu pouvais être la chef de ce petit monde. Tu t'es mise à tout organiser de A à Z. Plus ça allait plus ça te plaisait. Ce sentiment de gérer le monde. Mais très vite, tu t'es rendue compte que pour gérer les gens, il fallait leur offrir du bonheur et attendre que cela dégenere en malheur. Le seul exemple clair qui te venait en tête, était un jour où Aaron avait égaré sa balle. Tu avais réussis à lui ramener mais en lui rendant tu t'étais rendue compte que tu t'étais blessée. Alors… tu as compris que ton rôle n'était pas que de gérer les autres mais aussi d'endosser leur malheur et la conséquence de leur acte. Un chef n'est qu'un bouc émissaire plus puissant. Forte de cette décision, tu avais traversée ta vie avec ton inébranlable sourire et ta force de caractère. Tu as eu une scolarité simple et sans problèmes. Jusqu'à ce jour. Tu ne mangeais jamais à la cantine mais, tes amis t'avaient poussés plus que nécessaire. Alors… Tu avais goûté les raviolis (aux spaghettis) de la cantine et… tout c'était arrêté. Tu t'étais reveillée seule dans une maison grise, don la porte s'ouvrait lentement vers la sortie.
Tu ne voyais que d'autres enfants ou adolescents. Un désespoir te prit quand tu compris être bloquée ici pour toujours. Tu as pleurés bien sûr, tes parents te manquant plus que tout et tes frères/sœurs encore plus. Mais en levant la tête vers le ciel qui te paraissait si cruel, tu as juré de faire de ce monde une meilleur société ou l'homme ne redeviendrai pas un animal. Les meurtres, le combat. Tu éviteras tout ça ! Tu le jures sur ce cœur pur qu'est le tien.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 16
Localisation : Dans la pénombre
Mer 6 Juil - 23:30

Validée !

Tout est bon, rien à redire. Tu es donc validée ! Tu peux d'ors et déjà ouvrir ta fiche de gestion et ensuite commencer à rp : si tu ne sais pas avec qui débuter l'aventure, tu peux toujours demander ici. N'oublies pas de faire recenser ton avatar. Enfin, si tu veux retracer tes aventures, il t'es possible d'écrire un journal intime. Quand ceux-ci seront créés, n'oublie pas de mettre les liens dans les champs indiqués pour qu'on les retrouve plus vite ;)
Bon courage à toi dans le complexe. N'oublie pas que l'avenir dépend de toi.
Au plaisir de te retrouver un rp ou sur la cb !
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 10/07/2016
Dim 10 Juil - 23:38
Jo WOLFGANG
Citation
CITATION
Nom : Wolfgang
Prénoms : Jo
Âge : 17 ans
Date de naissance : 25/02
Lieu de naissance : Saint-Dizier, France
Nationalité : Française
Sexe :
Orientation sexuelle : Inconnue au bataillon
Jo Wolfgang en cinq mots : Méfiante; Indépendante; Intuitive; Nerveuse; Mélancolique
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Il vaut mieux être seul que mal accompagné dit-on.
PHYSIQUE :
    Dans un premier temps, pourquoi pas dire que je suis une fille. Oui, une fille. Bien que ce ne soit pas tellement vexant d'être considérer comme un garçon, il est préférable de faire cette annonce immédiatement. En fait pour la plupart des personne je ne suis qu'un collégien de 13-14 ans tout au plus. C'est plutôt logique lorsque l'on considère que ma taille est de seulement 151 cm et que je n'ai quasiment aucune forme. Le fait d'avoir les cheveux coupés court n'arrange sûrement pas les choses. Ni même le visage encore enfantin.
     Pour être plus précis, du haut de mes 17 ans, je n'ai aucune forme se distinguant du sexe féminin. Seulement deux raisin, pas plus ? Mes bras et mes jambes sont fine. Mes doigts sont long. Mon visage rebondis ressemble à celui d'un enfant. Ce visage comporte des lèvres de taille moyenne, comme tant d'autre mes aux coin retombant. Puis en son centre en petit nez rond. Un peu au-dessus se trouve une paire d'yeux ne reflétant que de l'indifférence et une pointe de tristesse. Le tout est cerné par deux oreille un peu plus grande que la moyenne, mais pas plus que cela. Elle même étaient encadré par des cheveux noir coupé court.
    Une petite particularité se distingue. Ce sont mes yeux. En fait selon la luminosité il peuvent devenir soit bleu, soit vert. C'est assez bizarre, mais il sont comme cela.

    Plus on y réfléchis, plus on peut trouver que je ressemble à un collégien. Les habits portaient peuvent aussi y être pour quelques choses. En effet, j'ai l'habitude de porter une sorte de tenue de chasse ou de militaire tout dépend comment on le voit. Cette-dernière est composé d'un pantalon vert, d'une chemise blanche couvert par une veste verte. Le tut souvent accompagné par un trop long manteau marron. Il est possible que je porte une casquette en laine, où perché dessus, d'ancienne lunette que l'on mettait pour conduire trône.
    C'est à cela que je ressemble : un collégien avec des habits de militaire. Rien de plus.
CARACTERE :
    Ne comptez que sur soit même doit bien être mon credo. Autant les autres peuvent te tromper, t'abandonner, t'accuser, te trahir... Autant on peut compter sur soi-même sans rien attendre des autres. La sollicitude n'est que mensonge. La peine n'est que parade. La haine n'est que fuite. Ne faire confiance à personne est bien la seule règle qui doit vraiment compter.
    Oui, j'ai une vision plutôt cynique des choses en ce monde. Et comme, je me méfie de tout en ce monde aussi bien que peu de personne réussie à s'approcher. Le fait d'arriver dans un territoire inconnue peut également augmenter le risque de méfiance et déclencher un comportement presque animal. Ces comportement sont d'autant plus poussé que je suis une personne nerveuse. Rester sur place m'est presque impossible. Etant plus que nerveuse, j'ai pris l'habitude de tout observer. Tout écart, grimace, micro-expression. L'observation, l'écoute et la réactivité sont les clés de la survie en milieux hostile. Je le sais, je l'ai appris.

    À la suite d'un accident, j'ai développé une mélancolie presque impossible à détruire. La mélancolie, la tristesse c'est tout simplement imprégnait en moi. Une trace invisible à l’œil nu que personne ne pourra guérir. Une large plaie. Une accusation à vie. Un remord à vie. Et l'obligation de survivre malgré cette accusation, ce remord. Mais à toute chose sont revers. Par la suite j'ai développé une obsession presque malsaine pour les criminels. Leurs psychologie plus particulièrement.Sûrement pour me retrouver en eux ? Pour prouver la culpabilité qui m'accable depuis lors ? Bien que cela ne puisse rien changer au passé, rien que vivre avec le souvenir de cela doit sûrement suffire. S'accuser tout les jours doit suffire.

    Mon premier réflexe dans un lieu inconnue est bien de vérifier les alentours. L'observation est l'une des premières étapes. Puis il y a l'approvisionnement en eau et en nourriture. Il faut s'assurer de ne pas tomber de faim. En fait le dernier de mes soucis serait la fondation d'une société. Dans ce genre d'endroit, c'est la lois de la jungle. Et si une société est fondé la corruption pourrait recommencer. La haine pourrait revenir et le système des classes également. La société est vraiment l'une des pires création du genre humains... Dans tout les cas, être en prison n'est pas non plus la meilleure chose. Mais je crois bien que je préfère être dans cet endroit plutôt que dans le monde extérieur ou tes actes passés sont bien plus important que la personne que tu es vraiment...
Yey ! Moi, c'est JO, j'ai 17 ans balais et j'fais du rp de puis genre 4-5 ans., j'ai trouvé le forum grâce à un top site et franchement, j'le trouve vachement complet. Juste un petit truc à redire, hum... beaucoup de codes ? X) Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris que Gérard était le second nom d'un membre du staff/ 'un des membres du staff adore le yuri / la fonda utilise bonpatron   !
HISTOIRE :
    Il était une fois... En fait ce n'est pas un compte de fée. Voici l'histoire d'un meurtrier. Une personne qui par inadvertance dit-on aurait commis l'un des pires actes possibles. Une personnes qui aurait causé la souffrance e la douleurs aux personnes lui étant trop proches. Voici l'histoire d'une personne ayant causé la perte de toute joie dans une famille. Voici l'histoire d'une personne ayant commis un patricide. Voici l'histoire d'une personne qui vit comme si rien ne c'était passé. Voici mon histoire...

    Je suis née dans une famille chaleureuse. Une mère, un père, un foyer. Nous n'avions pas besoin de grand chose pour être heureux. Nous étions sûrement l'image de la famille parfaite. Nous devions sûrement l'être. Je ramenais de bonnes notes à la maisons. Papa et maman eux ils ramenaient de l'argent, mais ont toujours fait en sorte que la maison ne soit pas vide lorsque je rentrais de l'écoles. Ils étaient gentil. C'était mon papa et ma maman. C'était ma famille. C'était... C'est bien là le problème. C'est que "c'était". Tout cela à bien disparu.
    Papa a toujours aimé la chasse. Papa a toujours voulut emmener sont fils à la chasse. Mais je ne suis pas un garçon. Alors il a fait le souhait d'emmener sa fille à la chasse. Dès qu'il y partait, je partais avec lui. C'était notre moment à nous. Pendant ce temps, maman, elle, nous faisait du gratins. C'était notre repas d'après la chasse. Le sourire au lèvres à chaque moments.
    Puis vint ce jour. Je venais d'avoir mon permis de chasse. En fait c'est de la chasse accompagné. Papa m'avait dit : "Tiens, prends le fusil je reviens. J'ai oublié quelque chose dans la voiture. À tout de suite ma chérie". Je lui ai souris et lui ai fait un sourire. Une pensée me venait, alors qu'il partait quelques instants. J'allais faire plaisir à papa et lui ramener une proie. Alors, j'ai commencé à bouger. Puis un buisson a bougé. Un bruit à retentit. Ça devait être l'arme. Puis un hurlement. Un cri de douleurs. Un cri humain. Je m'approchais doucement des buissons. Écartais les branches. Écarquillais les yeux. Reculais de quelques pas. Les mains sur la bouches. Les larmes aux yeux. Un seul mot me venait. Un cri inhumain. Un cri de douleur. Une question. Un déni. Une confusion immense. Tout. Tout. De ma faute. Non. Pourquoi ?  Non. Impossible. Plongeant vers papa. Essayant de trouver un poul. Hurlant des excuses. Hurlant un souhait. Non. Non. Pourquoi ? Non. C'est impossible. Fais pas ça. Non. Je ne veux pas. C'est un rêve. Non.
    Non, ce n'était pas un rêve. C'était tout simplement un crime. Papa est mort ce jour-là et tout est de ma faute. Je suis simplement une criminelle. Pourquoi rester en vie ? La question a longtemps tournait dans ma tête, mais jamais je ne me tuerais. Et si je venais à mourir, jamais je ne ferais quelque chose pour sauver ma vie. C'est ainsi.

    Depuis ce jours, maman tomba en dépression. C'est normal lorsque l'on a une fille meurtrière. Et moi ? Plus personne à l'école ne voulait s'approcher de la meurtrière. Ceux qui essayaient se faisaient rejeter. Il ne faut pas être ami avec une meurtrière. C'est comme cela que je me définis après ce meurtre. Bien que beaucoup on pu me dire que ce n'était pas de ma faute. Comment les croire alors que c'est moi qui avait le doigt posé sur la détente ? Alors que c'est moi qui ai appuyé ?

    Comme tant de jours, à la cantine sur une table, à par des autres, je déjeuné. Des raviolis. Ils n'étaient pas vraiment bon. Je n'aime pas ce qui touche au sucré et eux, étaient sucrés... Au réveil, une nouvel maison. Loin de la vie que je menais jusque là. Serait-ce un renouveau ? Je n'y croyais pas, car la souffrance est éternel tout comme la culpabilité. Mais malgré cela je survivrais quitte à blesser, quitte à tué. Car ici, il n'y a pas de système de justice. Car ici, je ne me rapprocherais de personne.

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 16
Localisation : Dans la pénombre
Mar 12 Juil - 10:45

Validée ♥️

Tout a déjà été dis, et j'espère que ta demoiselle ne tuera personne d'autre Ton tour de mourir, mais en attendant, je te valide °W°
Tout est bon, rien à redire. Tu es donc validée ! Tu peux d'ors et déjà ouvrir ta fiche de gestion et ensuite commencer à rp : si tu ne sais pas avec qui débuter l'aventure, tu peux toujours demander ici. N'oublies pas de faire recenser ton avatar. Enfin, si tu veux retracer tes aventures, il t'es possible d'écrire un journal intime.
Bon courage à toi dans le complexe. N'oublie pas que l'avenir dépend de toi.
Au plaisir de te retrouver un rp ou sur la cb !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Dim 17 Juil - 18:21
LYZE M. PIGEON
Il n'y aurait pas entre eux de lassitude, ni de ces habitudes dont le poids peu à peu accumulé fait sombrer l'exceptionnel dans le banal, et l'asphyxie.
{YOU'RE IN MY HEART IN MY HEART IN MY HEAD}
Nom : Pigeon.
Prénoms : Lyze (Martine)
Âge : 18 ans.
Date de naissance : 13 août.
Lieu de naissance : Montréal, Québec.
Nationalité : Québécoise.
Sexe : Féminin.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Lyze en cinq mots : Lasse, souriante, féministe, simple, fatiguée.
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Solitaire exténuée.
PHYSIQUE : décrivez ici le physique de votre personnage, en un minimum de 200 mots. Pensez à préciser même les plus petits détails, ceux qui rendent un personnage unique : taille du nez, des lèvres, tâches de naissance, grain de beauté, style vestimentaire...
CARACTERE : décrivez ici le comportement et la mentalité de votre personnage, en un minimum de 300 mots. Vous pouvez parler tant de son attitude que de sa façon de penser, ou de ses goûts... pensez à mentionner sa réaction lorsqu'il se réveille dans le complexe..
Yey ! Moi, c'est Savonnette, j'ai 17 balais et j'fais du rp de puis genre 5 mois., j'ai trouvé le forum grâce à un partenariat avec chronosrep et franchement, j'le trouve vachement sweg. Juste un petit truc à redire, je suis une warrior car j'ai fait mes images avec Paint. Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris que Stas a mangé les codes à la place de Susan, parce qu'il était curieux de savoir quel goût ça avait !
HISTOIRE : racontez ici l'histoire de votre personnage, en un minimum de 500 mots. Vous pouvez passer par ses parents, son enfance et son adolescence, en racontant pourquoi pas comment il pourrait vivre cet enfermement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Jeu 4 Aoû - 15:02
GIULIA L. FACCI
“It is never too late to be what you might have been.”
« Donne à manger à un cochon, il viendra chier sur ton perron »
Nom : Facci
Prénoms : Giulia Letizia
Âge : Dix-sept ans.
Date de naissance : 30 Octobre
Lieu de naissance : Vérone, Italie.
Nationalité : Italienne
Sexe : Féminin
Orientation sexuelle : Pansexuel
Invité en cinq mots : Anxieuse, mal-habile, n'a pas la langue dans sa poche -se permet de tout dire-, fonceuse, cordon bleu et sang froid surprenant.
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Solitaire, quoi qu'un peu pacifiste.

PHYSIQUE :
Elle revêtait cette longue chevelure rousse, autrefois, bien avant d'avoir cette crise d'adolescence comme lui avait crié tant de fois son cher père. Ensuite, il y eut le blond cendré, le blond platine et voilà que les pigmentations rousses revenaient hanter ces malheureux songes : une belle racine brune cuivrée dont elle détestait tant. Le ciseau avait passé, mais ce ne fut aucunement un succès : une mèche courte par-ci et par là et finalement de longues mèches mal coupées. Avec le temps, elle avait su s'y prendre d'une meilleure façon. Elle n'avait jamais eu les yeux bleus, non, sa couleur d'origine était des prunelles émeraudes, mais malgré cette rareté : cela ne lui plaisait guère. Néanmoins, dans la commode de sa salle de bain, les lentilles fusaient de partout du haut de chaque regard. Elle n'avait jamais su être féminine : le maquillage n'était pas de son ressort, le vernis à ongle ne servait à rien, elle se rongeait les ongles et par-dessus tout elle ne se parfumait jamais à la lavande.

Pourtant, le naturel lui allait si bien. Son petit nez ressortis, ses yeux en amandes, ses petits sourcils épilés en un fin trait, ses lèvres peu pulpeuses, ses particularités italiennes et la douce courbe ronde de son visage étaient suffisants pour en faire globalement son charme. Cependant, Giulia surveillait son poids comme tant de jeunes femmes ce qui lui valut une frêle silhouette pour très peu de formes agrémenté d'une grandeur de un mètre cinquante-sept. Anorexique ? Non, seulement un poids santé très limite d'une minceur accrue.

Sa peau ne faisait que rougir sous les assauts du soleil, alors la jeune femme évitait de bronzer tout comme de rester sous l'astre solaire. Cette blancheur lui allait pourtant si bien à elle et ses petites pommettes rosies. Avant, un petit cœur à la couleur framboise résidait contre le côté droit de sa poitrine, mais cette tâche de naissance avait finie par disparaître avec la croissance pour le plus grand bonheur de la jeune adolescente. Néanmoins, quelques grains de beauté résident sur la douceur de cette peau : un à l'omoplate gauche, un autre sur la hanche droite, quelques uns sur ses bras, un perdu sur son mollet, un sur la côte droite et finalement quelques autres éparpillés ici et là. Une rousse n'ayant pas de tâches de rousseur ? Si, elle en avaient qui pâlirent par les années.

Finalement, niveau style vestimentaire, Giulia appréciait les vêtements à base de coton. D'ailleurs, elle était du genre à vêtir des débardeurs plutôt que des chandails à manches. Pour les pantalons, elle favorisait les jeans, mais adorait tout autant les shorts que les joggings (et évidemment appréciait le confort de ses pyjamas). Pour finir, il suffit d'ajouter qu'elle ne perdait jamais ce pendentif qui tombait avec finesse dans son cou.
CARACTERE : décrivez ici le comportement et la mentalité de votre personnage, en un minimum de 300 mots. Vous pouvez parler tant de son attitude que de sa façon de penser, ou de ses goûts... pensez à mentionner sa réaction lorsqu'il se réveille dans le complexe..
Yey ! Moi, c'est Hannieska, j'ai 17 balais et j'fais du rp de puis genre cinq ans., j'ai trouvé le forum grâce à top site et franchement, j'le trouve vachement original. Juste un petit truc à redire, j'aime les lamas multicolores. Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris que Stas a envoyé le vaisseau d'Independance Day détruire les codes !
HISTOIRE : Un bruit fulgurant pour des oreilles fragiles. Un fin soupire se meurtri dans le vent, le train vient de filer à toute allure. Un pied devant l'autre, des paupières qui cherchent à s'engouffrer dans le vide, mais la routine interpellant celles-ci. Le père ivre qui se fait encore charcuter par les cris incessants de cette mère qui est mienne. Un petit sourire en coin vient s'inscrire, mais je ne peux que déglutir en entendant la porte claquée de la maisonnette aux couleurs pâlottes mélangeant le gris et le blanc. Voilà p'tit frère qui fuse à toute allure pour fuir le foyer familial. Eh merde. Mon ouïe entend ses mots, mais mon encéphale lui réclame le silence. Mes jambes se dépêchent, mais ceux du jeunot me rattrape à une vitesse que je ne peux fuir. (E.C)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Mer 31 Aoû - 1:31
Ariel R. Alimanesco
Et ma pauvre âme en peine, vit la mort à la vie s'opposer ; puis Morphée m'accorda le sommeil. Le soleil était haut quand j'ouvris mes persiennes ; et je pleurais en songeant qu'une nouvelle entité me vouait son amour...
ET MILLE AUTRES LEUR HAINE.
Nom : Alimanesco
Prénoms : Ariel Raja. Mais Ariel suffira.
Âge : 17 ans et quelques.
Date de naissance : TEXTE
Lieu de naissance : La table de mon salon, dans une ville du nom de Cluj-Napoca.
Nationalité : Roumaine. Oui, y en a qui claquent un peu plus, mais on fait avec ce qu'on a.
Sexe : Masculin. Faut préciser, on sait jamais, les cheveux, ça peut être trompeur.
Orientation sexuelle : Ouvert d'esprit.
Ariel en cinq mots : Peu loquace, (trop) Méfiant, Créatif, Cheveux très longs. Ah, je crois qu'on a dépassé le quota.
Plutôt pacifiste, belliqueux, solitaire... ? : Oh, disons que je ne suis pas contre une petite embrouille de temps en temps.
Journal, tu es mon dernier compagnon. C'est pas possible, dire que t'es qu'un bout de papier.

Faut dire, il aura fallu du temps pour t'inaugurer. On va commencer les présentations par le début ; si t'étais une personne réelle, en premier lieu, tu me verrais. Donc on va passer par une petite description.

Le premier truc qui t'aurait frappé, c'est mes cheveux. Ils sont longs, et pas qu'un peu. Très sombres aussi, on ne peut pas dire que ça m'aille très bien au teint. Si j'étais plus sorti de chez moi, j'aurais sûrement la peau moins pâle, mais c'est un autre souci. C'est drôle d'avoir des airs de vampire quand on vient de la Transylvanie, tu remarqueras, et au final ça me plait bien. C'est mon petit côté sarcastique. Puis ça permet de pas trop passer inaperçu, tout ça. Pour te dire, j'en rajoute même un peu avec des lentilles rouges - quand j'ai le courage. Sinon, j'ai les yeux bruns, tout ce qu'il y a de plus banal.

Souvent, au premier coup d'oeil, on me confond avec une fille. J'ai les traits plutôt délicats, les mains fines, et pas l'ombre d'un poil sur le visage. Je fais des économies sur le rasoir, tu me diras. Après tout, la virilité, c'est superflu.

Je suis du genre plutôt grand, étant donné que je dépasse le mètre quatre-vingt, et pas très musclé. C'est pas ma priorité dans la vie, sans compter que j'ai pas un énorme appétit, donc je suis pas très gros non plus. J'espère que t'es pas déçu - grand dieu je suis réellement en train de te parler -, parce que si tu t'attendais à un gaillard, c'est râpé.
On m'a souvent dit que je faisais un peu dandy, dans mes costards parfois un peu trop grands. Va pas croire que c'est tous les jours, hein, mais j'en mets plus souvent que le commun des mortels. J'ai du mal à sortir si tous les détails de mon apparence ne sont pas réglés, et je garde toujours une certaine "classe". Qu'est-ce que tu veux, je me respecte. Etre propre sur soi, ça me paraît important, et peut-être un peu par coquetterie, je préfère être bien fringué. C'est un petit côté à assumer, mais je n'ai pas de problème avec ça. Mais comme j'aime bien l’exubérance - avec modération sur ma personne - il a toujours des petits détails en décalage. Suffit d'observer pour les trouver.

On va dire que pour la première impression, c'est plutôt pas mal.
Un petit con, généralement, c'est comme ça qu'on me définit. J'vois pas pourquoi, je suis pas bien méchant. Mais tu sais pas, toi, le bout de papier, les gens jugent. Le pire, c'est qu'ils te font partager ce qu'ils pensent. Je fais pas ce genre de choses, moi. Je pèse chacun de mes mots, je dis rien au hasard. C'est pour ça que je parle pas tant que ça, en fait. Ou alors juste parce que j'y prends pas tant de plaisir ; écouter, c'est plus instructif. En revanche, je n'ai pas de souci à discuter de n'importe quoi, j'me prétends tolérant.

Semblerait aussi que j'ai des tendances au loufoque. D'un côté, je veux bien le croire, mais c'est pas à moi d'en juger. Puis ça me dérange pas. Je tiens pas plus que ça à sortir de la norme, pourtant. Je sais que ça fait pas crédible dit comme ça, mais je tiens pas à être remarqué. J'en fais pas exprès ; c'est juste que j'ai pas peur du ridicule. D'ailleurs, si tu veux mon avis, le ridicule, ça n'existe pas. Sinon, on en mourrait.
Je dois l'admettre, j'ai un sérieux souci de self-control. Réellement. Puis je suis du genre hypersensible. S'il y a quelque chose qui me ferait honte chez moi, c'est plutôt ça. Heureusement, j'ai l'écriture. Vraiment, j'adore écrire - sinon, tu serais pas là, de toute façon, même si traditionnellement, je raconte pas ma vie - et ça me permet de m'aider un peu... à extérioriser ? Je dirais pas. Quand je vais mal, pour extérioriser, j'extériorise. Au moindre truc, le monde entier est au courant, c'est garanti. Si d'habitude je suis plutôt dans la demi-mesure, là, c'est autre chose. Je fais du chichi, vulgairement, on peut dire ça, oui. Généralement on adhère pas, mais ça, c'est pas mon problème.
Aussi, j'ai confiance en moi et en mes actes, chose qu'on me reproche assez souvent. Mais les gens sont jamais contents, de toute façon.

Y a un autre truc important à préciser : quelques années en arrière, j'ai été médicalement diagnostiqué paranoïaque. J'ai jamais eu l'impression que ça clochait, chez moi, pourtant. Le monde extérieur est dangereux, faut se méfier, c'est tout. Et puis il ne faut pas oublier que j'écris : je dois à tout prix protéger mes oeuvres. L'idée qu'on puisse me prendre ce que j'ai - et surtout ce que j'ai créé m'angoisse profondément. Mais malgré toutes mes bonnes excuses pour ma légère tendance à la méfiance, j'ai pas échappé à la médication et aux visites régulières chez le psy. Mais ça, c'est une autre affaire, que je n'ai envie de développer ni ici, ni maintenant.
Ah, et je suis un passionné de tout ce qui est théories. En tous genres, je fais pas de différence. Je trouve ça tout aussi troublant que passionnant - bien que, je ne vais pas te le cacher, je serais incapable d'en dénicher moi-même, ça demande des mécanismes de pensée bien trop complexes.

En fait, je crois que je suis le genre de gars que tu peux acheter avec une histoire. Je saurais pas dire si c'est triste, fou, ou stupide.
Yey ! Moi, c'est Rictus, j'ai 291 balais et j'fais du rp de puis genre 7 ans (y en a qui s'y mettent tard), j'ai trouvé le forum grâce à un gars chelou là et franchement, j'le trouve vachement compliqué. C'est dur pour moi. Mais c'est ce qui le rend complet et je l'aime bien, sinon je serais pas là 8') Juste un petit truc à dire, je risque de vous assaillir de questions pour pas faire de bêtises, mais faut pas m'en vouloir. Bien sûr, j'ai lu le règlement. J'ai même appris que (vous le saurez quand je l'aurai relu :"D) Je vous laisse admirer le charme d'un super animal en attendant. !
ujhgfdsqdfgh
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le Balrog risque d'être implémenté dans LOTRO
» Libre Service de Fiche
» Fiches de personnages pour le RP
» Fiches de personnages pour la version sérieuse
» Les Fiches de Personnages (Obligatoire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: S´amuser :: Archives-
Sauter vers: