Dis, tu m'en passes un peu ? #Stas, exStase
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t158-un-cahier-mouille http://derniereenfance.forumactif.org/t84-comme-un-requin-dans-une-flaque
Âme solitaires
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
Localisation : Sur un grain de poussière de l'univers~
Mer 24 Aoû - 18:49



Dis, tu m'en passes un peu ?


Stas Y. Apalkov * Dvalin A. Materfall



Ça faisait quelques jours déjà depuis que le "train de ravitaillement" était passé faire son boulot. Quelques jours déjà que Dvalin avait fait la rencontre de Susan et Stas. Et ça c'était arrêté à peu près à ça, à une rencontre.

Ce n'est qu'aujourd'hui que le nageur se rendit compte de sa bêtise : Il avait pas récupéré sa part de bouffe. C'est devenu grave là. Le jeune homme, après s'être correctement habillé et paré au froid, erra donc quelques dizaines de minutes dans le complexe, faisant travailler sa mémoire pour tenter de se rappeler, où pouvait bien être la maison de ce Stas. C'est bien chez lui qu'était la nourriture hein ? Espérons que sa mémoire ne lui joue pas de mauvais tour.

"Oh, c'est joli par ici." "Ça change de chez moi." "Ça change du reste en fait." C'est ce que pensait -ou aurait aimé penser- Dvalin en arrivant devant chez le français mais, rien de tout ça ne lui vint à l'esprit. C'était aussi terne et mort que le reste du complexe. Aucune personnalité. Virginité et tristesse étaient les mots d'ordre.

Le jeune garçon regarda donc la maison sans grande conviction depuis la rue et, après avoir manqué de trébucher sur le trottoir, vint se planter devant la porte et y frapper. Et un instant plus tard, Dvalin se penchait déjà, mains sur les cuisses, pour venir regarder à travers la serrure. La logique voudrait qu'il fasse les choses dans le sens inverse, mais il n'y avait tout simplement pas pensé sur le coup. Après cette brève séance de voyeurisme, le nageur se décala sur le côté et vint coller son dos au mur silencieux de la bâtisse.
Et puis qu'est-ce qui lui disait que c'était la bonne maison ? il s'était peut-être raté le bougre, non ?

CSS par Gaelle



Le Me dans tout ses états:
 
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Sam 27 Aoû - 16:08


Dvalin. Dva... Deux en russe. Un gaillard qui lui avait arraché un sacré rire nerveux la dernière fois qu'ils s'étaient croisés. En fait, la première et la dernière fois. Néanmoins, Stas n'avait peut-être pas encore assez pris conscience de ce que connaître les bonnes personnes pouvait avoir de bénéfique ici. Bénéfique, voir vital.

Pour le coup, le nageur semblait être une bonne poire avec un potentiel important, dans le complexe. Et puis, d'une manière générale, il valait mieux être entouré d'amis que d'ennemis. Alors, ouaip, le russe fut sacrément étonné de le trouver sur le pas de sa porte, ce jour-là. Mais n'empêche, c'était plutôt une bonne nouvelle.

Revenons plutôt au début. Epuisé de courir chasser à chaque fois que c'était nécessaire, -et puis de souvent courir, par ailleurs, dans l'unique but de se défouler- Stas était épuisé, la veille, quand il était tombé sur ce foutu lit grinçant. Le mobilier en fer l'avait toujours rebuté. Il lui préférait le bois chaud et familier, plutôt que l'acier impersonnel.

Mais c'est une autre histoire. Bref, il avait dormi d'un sommeil lourd et jusque tardivement. Du coup, lorsque l'on frappa à sa porte, il émergea avec un grognement. Qui venait le déranger ? Ou plutôt : pourquoi ? En fait non : qui, vraiment ? Et cela valait-il le coup d'abandonner la douce chaleur qu'il avait réussi à préserver sous la couverture ? En fait, la couverture grattait, aussi. Donc oui, ça valait sans doute le coup. Dormir des jours complets était de toutes façons une mauvaise idée ici.

Alors, on a là le russe qui se lève. Pieds nus sur le béton froid, le contact frais le vivifie et l'aide à se sortir de rêves brumeux dont il n'avait même pas de réels souvenirs. Il ouvrit la porte d'une poigne ferme, sans être absolument brusque pour une fois. Puis le voilà qui s'accoude de son bras libre contre l'encadrement, le temps d'aviser qui est là.

Au cas où vous n'auriez pas suivi, précisons que le Stas s'est levé comme il a dormi : en calbut. Alors bon, l'air froid est un peu violent, dans cette tenue et au réveil. Ca lui arrache une grimace. Mais bon, ça a au moins l'effet positif (enfin, c'est sûrement le point de vue de Dvalin) de vite faire disparaître toute "caractéristique" propre au réveil masculin. L'adolescent se passe une main dans les cheveux pour se coiffer sommairement et, tournant la tête, avise enfin qui est là.


- Ah... Laisse moi le temps d'enfiler un fut' et je suis à toi. Hum... Mean... Aï 'll got trousers...

Son anglais au réveil est probablement encore plus ridicule que le reste du temps. Mais, en fait, il s'en cogne un peu. Du moment qu'on le comprend, ça lui va. Il ne va pas tellement plus loin que ça. Le jeune homme s'efface alors de l'entrée et fait signe à Dvalin de ne pas rester dehors.

ll file derrière le rideau pour s'asperger la figure d'un filet d'eau. Dans la pièce principale, un jeans traîne sur la table de chevet, un t-shirt par terre. Sa veste en cuir est en vrac en travers de la table. Ca semble être l'anarchie dans ce logement. Qui a eu l'idée de stocker les vivres ici ?

Stas ré-apparut en baillant négligemment. Il ramassa le pantalon et le passa, avant de se retourner vers le grand gaillard avec le nom bizarre. Ah oui, le numéro deux ! Cette évocation tira un sourire au russe. Il était affairé à se gratter une épaule -vestige de la couverture- lorsqu'il baragouina en anglais, comme une bonne blague :


- Je t'offre un café ?

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t158-un-cahier-mouille http://derniereenfance.forumactif.org/t84-comme-un-requin-dans-une-flaque
Âme solitaires
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
Localisation : Sur un grain de poussière de l'univers~
Lun 29 Aoû - 2:35



Dis, tu m'en passes un peu ?


Stas Y. Apalkov * Dvalin A. Materfall



Dvalin, il attendait tranquillement que l'occupant des lieux daigne lui ouvrir la porte. Et même si il s'était un minimum préparé à ce que celui qui sorte ne soit pas Stas, il ne s'attendait à le trouver caleçon.

- Gosh. S'exclama-t-il.

Des mecs en calbut', il en avait vu tout plein Dvalin, natation oblige, mais tout de même. Il n'y était pas préparé cette fois. Et si en fait, Stas était un nudiste et qu'il avait juste eut le temps d'enfiler ce qui lui passait sous la main ? Peut-être que le nageur devrait repasser une autre fois ? Mais si on suivait ce résonnement, il n'y aurait jamais de bon moment pour venir l'importuner. Un peu plus de jugeote Dvalin s'il-te-plaît. M'enfin, espérons juste que le monsieur ne prenne pas cette petite exclamation, comme un compliment pour son corps recouvert d'un simple caleçon.

- Ah... Laisse moi le temps d'enfiler un fut' et je suis à toi.

Le fait qu'il n'ait aucune idée de ce qu'était un fut', n'arrangea rien au désarrois dont était victime le bougre. Heureusement, le magnifique anglais de son interlocuteur vint éclairer sa petite lanterne. Il suivit le franco-russe avec un "okay", ce dernier l'invitant visiblement à entrer, et prit la liberté de refermer derrière lui.

Tandis que Stas faisait on ne sait pas exactement quoi, derrière ce rideau qui semblait commun à toutes les maisonnées du complexe, Dvalin inspectait la dite maisonnée. Le tout, sans toucher à rien, comme un gentil garçon. Si il était pas adorable celui là ? Plus adorable que le verdict donné à la manière dont Stas rangeait chez lui. Si on pouvait appeler ça ranger... mais soyons objectif : il y a bien pire de par le monde. Mais en même temps, il n'avait pas tant d'affaires que ça le Stas, pas assez pour mettre un bordel monstre dans une chambre juste par manque d'organisation. Verdict ? Douze sur vingt.

Alors que Dvalin nageait dans un océan de pensées bêtes, inutiles, et un tantinet moqueuses, le français émergea de derrière ce fameux rideau, et en baillant avec grâce, il faut le préciser. Ce dernier lui proposa un café, chose que le bonhomme accepta volontiers :

- Avec du pain et de la confiture s'il-te-plaît ! Dit-il, tout sourire.

Blague à part, le nageur se rappela peu à peu, la raison de sa visite en ces lieux.

- Plus sérieusement, tu vois le jour où on s'est rencontrés ? Bah je viens de me rendre qu'en fait, je n'ai presque rien prit niveau nourriture... Du coup je me disais que, bon samaritain que t'es, tu pourrais m'en donner un peu. Je crois que la nourriture représente 90% de ton butin de ce jour là, si je ne m'abuse.

Techniquement, là il s'abusait, vu qu'il voulait juste dire que Stas avait principalement ramené de la bouffe. Et puis un petit détail, aussi insignifiant soit-il, vint frapper l'esprit du bonhomme :

- 'Scuse moi, j'ai même pas dit bonjour. Lâcha-t-il piteusement.

Oh ! On avait même pas remarqué ! Moi pas en tout cas.

CSS par Gaelle



Meh.:
 


Le Me dans tout ses états:
 
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mer 31 Aoû - 19:39


Heureusement pour notre cher allemand, Stas n'était pas nudiste. Donc tout allait bien. Fallait avouer quand même que le russe n'était pas trop pudique non plus. Preuve s'il en était, il recevait même au réveil, sans avoir pris le temps de s'habiller avant.

Sourire au coin des lèvres, il entendit la réponse du nageur à sa blagounette. Mais oui, du pain frais... Quel pied total ce serait. Il doutait cependant de trouver ne serait-ce que du blé dans le complexe. Quant à la transformation. Réprimer un soupir.

En France, la saison des moissons devait être passé. Des vacances d'été, Stas avait loupé le doux bruissement des épis dans le soleil, sous un léger souffle de vent. Il avait aussi loupé des parties de pêche avec son grand-père. Comme ça, ça faisait pas très glamour. Mais en fait, c'était plutôt sympa... Avec une glacière remplie de bière.

Le géniteur de sa mère et lui s'entendaient assez sur ce point. Traînasser au bord d'une rivière était plus agréable pour les bières descendues que pour le poisson ramené. Maintenant, c'était différent ici. Il fallait se concentrer sur la prise à tout prix. La chasse... La nourriture... On en revenait au pain frais, ainsi qu'à ce que Dvalin venait réclamer.


- F'course.

Le brun traversa la pièce et s'accroupit à côté de l'armoire. Là, dans un coin, il avait empilé les rations. Le rangement était beaucoup plus soigné que le reste des affaires. Evidemment... Ca faisait la différence... C'était des ressources vitales.

Quelques boîtes de conserve, il restait même encore de la viande séchée. Butin déposé sur la table. Le russe écarte son cuir, qu'il jette sur le lit, avant de pousser le tout vers son invité. La part lui revenait de droit, il n'était pas question de discuter.


- Don't wori 'bout that. Tu es chance de me trouver avec sourire au réveil. And... For you. Il désignait la nourriture de l'index. Désolé. J'ai mangé les pommes de terre premier. Eviter qu'elles... poussent.

Il avait cherché le mot pour "germer" et avait donc marqué un temps avant de prononcer le dernier mot. Si la compréhension ne le bloquait pas, son élocution était toujours laborieuse. Stas se détourna de la table et poussa le T-shirt au sol sous son lit. Ca semblait être le lieu de rassemblement de ses fringues, la literie.

Ensuite, il ouvrit l'armoire pour sélectionner un autre haut propre. Les vêtements sales s'entassaient. Il faudrait penser à faire une lessive ou quelque chose du genre. Une activité qui s'annonçait par avance passionnante. Mais il y penserait plus tard.


- Tu as un sac pour prendre ça ? Ou tu veux de l'aide ?

La porte de l'armoire claque. Ca y'est, il est enfin habillé. Alors il se retourne tout naturellement vers l'allemand. Un T-shirt tout aussi noir que celui qui a disparu sous le lit, bardé d'une inscription en caractères gras blancs : FUCK OFF. C'est normal, c'est Stas. D'habitude, on ne le voit pas sous la veste en cuir. Alors, quoi ? Il n'était pas mieux en calbar ?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» HAITI : RENE PREVAL, TYPIQUE REPRESENTANT DU PASSE
» QUALICOT!!! si tu passes par là....
» Aristide Passé Composé
» Guyanese Dr. Ivan Van Sertima passes at 74
» Stas pour un voleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: L´aventure commence :: Le complexe :: Les habitations-
Sauter vers: