Apprendre à survivre, ou mourir en essayant [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/08/2016
Jeu 18 Aoû - 18:33

Fais comme Kennedy, te laisse pas abattre

702 mot • Solo

Se tenir occupé, faire quelque chose pour ne pas penser, parce que se morfondre, c’était courir le risque de s’écrouler. Cela faisait quelques heures à peine que Sven s’était réveillé, c’était trop tôt pour s’abandonner au désespoir. Stas lui avait donné quelques informations essentielles, ils étaient plusieurs, enfermés ici sans savoir pourquoi. Certains depuis plusieurs mois. Il n’y avait pas d’issue à priori. Oui, à priori, quelqu’un l’avait bien fait entrer alors, mur ou pas, il devait y avoir un moyen de sortir. Il y avait de l’eau potable aussi, curieusement.

Sven était retourné dans sa cabane après cette discussion, et il regarda les affaires qu’il avait étalées partout pour pouvoir les inventorier. Il y avait quelques vêtements, et les serviettes qu’il rangea dans l’armoire. Par chance, ayant vécu en Suède, il avait ce qu’il fallait pour résister au froid. Il rangea aussi le savon et les couverts, mettant de côté un deuxième petit couteau de table. Les livres et les cahiers, inutiles, ils lui serviront pour allumer le feu. Sven les prit pour les mettre près de sa table de chevet, quand un livre plus petit que les autres tomba par terre. Étonné, il le ramassa, ce n’était pas un livre de cours, il ne l’avait jamais vu. C’était un livre en suédois qui parlait des plantes et champignons comestibles ou pas, il le feuilleta rapidement pour voir s’il n’y avait pas un mot ou une note, mais non. Étrange, utile, ça c’est sûr, mais étrange. Sven le mit de côté dans son cartable.

À part ça, il n’avait vraiment rien de très utile, une trousse pleine de stylos, une deuxième paire de chaussures. Rien à manger, c’était surtout ça qui le faisait stresser maintenant. Il n’y avait même pas un paquet de chips, Stas ne lui avait pas parlé de la bouffe, et il regrettait maintenant de ne pas avoir posé la question. Mais de toute façon il était clair qu’il n’y avait pas de cantine dans le coin. Sven jeta un nouveau coup d’œil au livre sur les plantes sauvage. Ça répondait à sa question, d’une certaine manière.

Ne pas s’arrêter, bouger, il aurait tout le temps de réfléchir plus tard. Sven passa la lanière de son sac par-dessus son épaule, il y jeta le deuxième couteau et la cruche qui se trouvait dans la salle de bain. Il la remplirait avant de rentrer, maintenant il tenait à faire le tour des lieux, il en avait besoin pour vraiment réaliser la situation. Le tour du village fut vite fait, il y avait une centaine de maisons environs, il ne croisa personne, mais l’heure était encore très matinale. Il se mit ensuite à battre la campagne sans savoir où il allait. Il cherchait des yeux les fameux murs mais ne vit rien, ils devaient être vraiment loin d’ici.

Le jour avançait et avec lui la faim, la soif, la fatigue et un certain découragement. Qu’est-ce qu’il essayait de faire, au juste ? Il ne savait pas vraiment, mais retourner dans sa cahute ne l’avancerait pas. Faute de mieux, il prit le chemin du lac, qu’il avait repéré plus tôt, et sortit de son sac le livre de botanique. Peut-être pourrait-il ramasser quelque chose au passage, avec un peu de chance. Il y avait des buissons touffus à l’orée du bois, mais leurs baies noires et rouges ne lui disaient rien qui vaillent, et il avait du mal à trouver une correspondance avec les dessins du livre. Il allait devoir s’entraîner.

« Baie des ours, airelle rouge, nèfle… »

Sven essayait de retenir les formes et les couleurs, tout en répétant les noms à voix haute. Il remarqua aussi que beaucoup de ces plantes avaient le même effet laxatif que des pruneaux, génial, sans parler de celles qui étaient « hautement toxiques ». Finalement, il s’arrêta devant ce qui ressemblait beaucoup à un buisson de myrtilles. Il avait déjà mangé des myrtilles, et celles-ci paraissaient juste un peu plus grosses et allongées. Peut-être était-ce parce qu’elles étaient sauvages. À tout hasard, il en goutta une. Le fruit acide lui picota la langue, mais le goût n’était pas très différent de celui qu’il connaissait, il en prit donc plusieurs grosses poignées avant de reprendre le chemin du lac.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/08/2016
Jeu 18 Aoû - 21:00

Fais comme Kennedy, te laisse pas abattre

456 mot • Solo

Arrivé au lac, Sven se laissa tomber à genoux, il commença par tremper ses mains dans l’eau et en porter un peu à ses lèvres. Elle était glacée mais n’avait pas d’arrière goût bizarre qui aurait pu l’inquiéter. Par contre, même si le soleil était maintenant haut dans le ciel, il frissonna de froid tout en buvant. S’il n’était pas en Suède, il devait se trouver dans un autre pays nordique, le climat n’était pas très différent en tout cas. Il s’était redressé pour sortir la cruche de son sac et la remplir quand un mouvement dans l’eau le surprit.

Des poissons, il en vit luire sous la surface de l’eau. Voilà, ça au moins il savait que c’était comestible. Mais comment les avoir ? Sven sortit de son sac son deuxième couteau, ce qui lui fallait, c’est un genre de perche, une lance. Il regarda du côté des arbres, cherchant une branche assez droite et à l’air solide. Il lui fallut un peu de temps pour se décider sur la branche basse d’un arbre. Il la prit et commença à tirer et la pousser de tout son poids pour la faire céder. Après quelques efforts, il entendit des craquements sinistres, il pouvait maintenant faire tourner la branche dans tous les sens, et finalement, il l’arracha. Il lui fallut quelque temps pour arracher toutes les feuilles mais le résultat n’était pas trop mal, la branche n’était pas complètement droite, mais ça ferait l’affaire.

Le souci, c’est qu’il fallait encore fixer le couteau à la branche pour faire une vraie arme. Il fouilla dans les herbes un moment sans trouver ce qui pourrait lui servir, et se rabattit finalement sur un des lacets de ses chaussures. Il noua solidement le couteau en le coinçant dans les nœuds du bois, et contempla son œuvre.

C’était par mal, mais encore fallait-il attraper quelque chose avec ça. Au début il se dit que c’était impossible, les bestioles filaient trop vite, il avait à peine le temps de les voir. Il décida de se mouiller, et enleva ses chaussures pour mettre les pieds dans l’eau. Ça lui permit d’essayer une autre technique, il repoussait les poissons vers le bord pour tenter de les coincer. Après un très long moment et beaucoup de fails, il parvint à en repousser un sur le bord du lac d’un coup de lance. Le poisson s’agita de toute ses forces et aurait pu rejoindre l’eau si Sven n’avait pas accouru pour le stopper et le jeter dans son sac. Il était essoufflé, trempé, et frigorifié, mais il avait de quoi manger au moins. Après avoir enfilé ses chaussures et rempli sa cruche, il se dépêcha de retourner à sa cahute pour se changer avant d’attraper mal.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Survivre ou mourir ? ▬ Alexi, Akemi & Emma
» [COURS] Apprendre à survivre en milieu hostile
» Hedwige ▬ "Moi j'ai dû apprendre à survivre, toi tu vas apprendre à mourir." ~
» Survivre ou mourir ? Assassin ou Gentil ?
» Chap IV - Episode 8 ; Survivre ou mourir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: L´aventure commence :: Les lacs :: Le lac de l´orée-
Sauter vers: