Un nouveau joueur entre en scène [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/08/2016
Mar 16 Aoû - 18:37

Un nouveau joueur entre en scène

475 mot • Libre

Cela faisait plusieurs heures que Sven s’était réveillé sur le sol de sa cabane, la nuit était alors totale, et il n’avait pas osé partir explorer les alentour. Au lieu de ça il s’était recroquevillé dans son lit, à scruter l’obscurité en silence, guettant le moindre signe d’animation. Il s’était imaginé que quelqu'un allait bien finir par venir, peut-être quand il ferait jour, qu’on lui expliquerait ce qu’il se passe. On l’avait bien porté jusqu’ici, donc il y avait des gens qui savait qu’il était là. Sous les couvertures, il serrait le petit couteau qu’il avait récupéré parmi les couverts trouvés dans son armoire. Il était près à se battre s’il le fallait, si ça lui laissait une chance de pouvoir rentrer chez lui, mais personne ne venait.

Son la porte, il voyait une lumière grise augmenter peu à peu en intensité à mesure que le soleil se levait. Il sentait son corps se fatiguer à rester là immobile, mais il aurait été bien incapable de dormir ou de se détendre un peu alors qu’il ne savait pas ce qu’il se passait. Mais finalement il n’en pu plus de rester sans rien faire. Il se leva, fouilla dans son sac de cours dans la pénombre pour voir s’il n’y avait pas quelque chose, un indice. Il ne trouva rien. Il étala ensuite ses affaires pour voir si quelque chose pouvait servir. Là non plus ce ne fut pas brillant, les livres et les cahiers lui parurent bien loin de ses préoccupations actuelles, et ce n’était pas sa petite paire de ciseaux ou ses stylos qui allaient faire une bonne arme.

Soupirant, il retourna fouiller dans son armoire, et commença par enfiler les vêtements les plus chauds possibles, il compara les pauvres couteaux qu’il y avait mais tous se valaient. Finalement, il fit un inventaire rapide, en dehors des vêtements et des couverts, il avait des serviettes, du savon, une lampe à huile. Le strict minimum pour vivre quelques jours en somme. Bon, il laissa toute ses affaires en plan et retourna voir dehors.

Il était très tôt, l’aube grise éclairait faiblement l’espèce de petit bidonville dans lequel il se trouvait. Un peu hagard, il commença à marcher au hasard des rues, guettant le moindre son. Il entendit alors ce qui ressemblait à des bruits de pas et s’avança silencieusement vers la provenance du son. Au détour d’un virage, il vit alors un adolescent comme lui. Trouvant ça moins menaçant qu’un adulte, il cessa de se cacher et s’approcha timidement de lui.

« Ledsen mig, var är vi ? »

Hum, le suédois n’avait pas l’air de beaucoup fonctionner, après une hésitation, il rééssaya en anglais.

« Excuse-moi mais… où sommes-nous. Qu’est-ce que c’est que cet endroit ? »

Il jeta un regard circulaire au barraque qui les entouraient, elles ne lui inspirait rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mer 17 Aoû - 9:00
Spoiler:
 



Un jour comme tous les jours dans le complexe. Des heures qui ne tournaient pas rondes. Se raccrocher à la raison, ne pas sombrer dans la folie. Ou bien le contraire : se raccrocher à la folie, ne pas sombrer dans la raison. Quelle différence cela pouvait-il bien faire ? Il s'agissait de survie. Jouer des coudes. Se battre. Eliminer les menaces. Rejeter les plus faibles. Utiliser les plus forts. Manger et voler pour manger, si nécessaire. Certaines de ces affirmations lui faisaient froid dans le dos, au Stas. Mais jusqu'à maintenant, il ne s'en sortait pas si mal.

Il n'avait eu à enterrer personne. Il avait même trouvé suffisamment de nourriture pour que les filles ne meurent pas de faim. Voilà... Il pouvait être fier. Un vrai bon petit chevalier, au secours de la veuve et des orphelins. En fait, surtout des orphelins ici. Pourtant, tout ça le remuait. Il avait tué des animaux, des mammifères, alors que jamais auparavant il n'avait chassé.

Une arme à feu ? Peuh ! Tuer un animal d'une balle, c'est facile même pour une fillette. Mais fracasser le crâne d'une bête encore vivante ? Sentir le corps chaud sous ses doigts et le sang couler dans ses mains ? Voir la vie partir en rendant terne l'oeil de sa proie ? Alors qu'on est juste là... Alors qu'on a provoqué ça...


- Merde, gars... Arrête de penser à ça...

Marmonnement en français, à peine audible. Son auteur secoua la tête et essaya de penser à autre chose. Il était tant concentré sur ses démons, le regard perdu sur le béton neuf de la rue, qu'il ne remarqua même pas le garçon qui sortait d'une baraque. Jeune. Plus que les mots en suédois, il fut frappé, de la même façon qu'il l'avait été en voyant Fiby la première fois. Non, Sven était plus vieux. Moins vieux que lui-même, mais plus que la petite française. Et autre chose : ils n'étaient clairement pas du même monde.

Petit gosse de riche. Les mots s'imprimèrent malgré lui dans son cerveau. Catégoriser, stigmatiser, juger, classer. Stas avait toujours fait ça. 5 minutes. 5 minutes et il décidait si la personne en face lui plaisait ou non. Parfois, c'était même moins. Rencontrer Sven le balançait au lycée. Il se revoyait avec sa bande de potes, riant stupidement des particularités des autres. Ils étaient différents.

Le suédois était bien sapé, tandis que le russe traînait ses baskets usées. Il parlait poliment, tandis que lui avait l'agressivité comme réflexe premier. Et puis différence majeure : l'un venait d'arriver, encore dans le fonctionnement du monde extérieur, quand l'autre rongeait son frein dans cet enclos à bétail depuis un mois et demi.


- Ну... Я говорю по русскй. (Nou... Ya gavariou po-russkiy.) Et après un temps, plus pour lui-même. Но, я думаю, ты толькo что прилетел из север... (No, ya doumaïou, t(ui) tolka chto prilitiel iz ciévir.)*

Glace rompue par quelques mots qu'il ne comprendrait sûrement même pas. En tout cas, Stas n'en doutait pas un seul accent. Mais à l'accent, il avait tout de même deviné que le jeune venait d'un pays nordique. Norvège ? Finlande ? Ikea ? C'est pas un pays ça ! //PAN// Ou Suède ? S'il se trompait, ça pouvait s'élargir aux baltiques, voir aux slaves... Mais c'était clairement trop simple pour être de l'islandais.

Bref, ce qui comptait, c'est que Stas avait parlé. A nouveau, une question lui parvint, en anglais cette fois. Voilà qui mettait tout le monde d'accord, encore. Il hocha alors la tête, signifiant ainsi qu'il comprenait, et prépara une réponse accompagnée de son terrible accent.


- Haem... Welkom heere.

Il tourna ses mains paumes vers le ciel, comme désignant les bâtiments, et haussa les épaules. C'était toujours la même chose. Il fallait bien dire les choses, mais ne pas brusquer les nouveaux. Souvenir de son arrivée... Lui n'avait pas eu à se pré-occuper de ce qu'on lui disait, personne ne lui avait rien expliqué. C'était à double tranchant, peut-être moins violent. Toutefois, découvrir par soi-même qu'on est enfermé n'est pas des plus plaisants non plus.

- On appelle ça "le complexe". Personne sait pourquoi nous sommes là. Mais tu peux être tranquille, tu n'es pas seul.

*Phonétique approximative by moi-même. En tout cas, ce qu'il a voulu dire : "Hé bien... Je parle russe." et "Mais, je pense, tu viens tout juste d'arriver du nord."

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/08/2016
Mer 17 Aoû - 12:52

Un nouveau joueur entre en scène

588 mot • Libre

Spoiler:
 

Le garçon portait des vêtements usés, il était plus âgé que lui et arborait un air sombre et las qui lui donnait un air plus vieux qu’il ne l’était. À son expression, Sven eut l’impression qu’il l’interrompait dans ses réflexions, ou alors il l’avait simplement surprit ? Difficile à dire. En tout cas, il fut à peu près sûr que l’autre le jaugea pendant un instant. Il est vrai qu’ils n’avaient pas du tout l’air de venir du même milieu, mais le Suédois s’en fichait éperdument pour le moment. Si l’autre pouvait lui apporter quelques réponses sur ce qu’il faisait là et surtout comment partir, il pouvait venir de n’importe où, ça lui était égal.

Bon, il avait peut-être parlé un peu vite, quand son camarade lui répondit dans une langue inconnue qui avait des accents d’europe de l’est, pour le peu qu’il y comprenait, il réalisa que les choses n’allaient pas être si simple. Heureusement qu’il y avait l’anglais. L’accent de l’adolescent était plutôt rugueux et Sven plissa légèrement les yeux de concentration alors qu’il essayait de ne rien rater de ce qu’il lui disait, mais c’était mieux que le russe.

Le moins qu’on puisse dire, c’était que, loin de répondre à ses interrogations, la réplique du Russe fit déferler dans la tête de Sven une pluie de nouvelles questions. Rien que le « Bienvenue » avait quelque chose d’étrange, on venait de le kidnapper et de l’emmener à des kilomètres de chez lui, et ce garçon l’accueillait comme s’il allait se poser là et prendre un verre. Le complexe ? Ça répondait à sa question, c’est vrai, mais où était ce complexe. De ce qu’il pouvait, et surtout vu le froid qu’il faisait, Sven parierait sur le nord du pays, ce n’était pas les hectares de plaines et de forêts qui manquaient dans le coin. Mais ils pouvaient tout aussi bien se trouver dans un tout autre pays nordique, pour ce qu’il en savait, ça pourrait expliquer la langue étrange qu’avait parlé l’autre garçon à l’instant.

« Mais… Comment part-on d’ici ? Qu’est-ce que… »

Ce qui était sûr, c’est que Sven était loin de se sentir tranquille, et le fait que d’autres soient dans la même situation que lui n’arrangeait rien, bien au contraire. Rien que le calme de son camarade était dérangeant, il n’avait pas l’air perdu ou étonné, ce qui signifiait qu’il ne venait pas de se réveiller ici comme lui.

« Depuis combien de temps es-tu là ? »

Sa voix s’était élevée dans les aiguës tandis qu’il sentait monter la crise de nerfs. Au vu des vêtements du garçon, il pouvait bien être là depuis des semaines, à moins qu’il ne vivait dans la rue avant de s’être retrouvé ici, ce qui restait improbable. Est-ce qu’il avait décidé de rester ici, ou il n’y avait simplement pas d’issue ?

« Je ne resterais pas ici, ma famille va me rechercher, c’est sûr. Ce… ça n’a pas de sens, il doit y avoir un moyen. »

Sven se passa une main sur le visage, non, tout ça n’avait pas de sens, il nageait simplement en plein cauchemar. Il allait se réveiller bientôt, quand la femme de chambre frapperait à sa porte, ou alors on viendrait le chercher très bientôt et tout ça ne sera plus qu’un lointain souvenir. Ça ne pouvait pas se passer autrement. Alors que son monde s’écroulait, Sven regardait les murs de béton et le garçon comme s’il espérait qu’on vienne lui dire que tout ça n’était qu’une blague.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Mer 17 Aoû - 17:34
Spoiler:
 



Le désarroi transpirait à travers la réaction de Sven, même si la montée dans les aigus était la preuve la plus flagrante de son angoisse. Certes, c'était étrange de se retrouver ici. Stas soupira. Il n'était pas doué avec les gens. Rassurer quelqu'un... Galère en vue. Une main remonta pour passer machinalement dans ses cheveux noirs.

Tiens, encore une chose que le complexe ne lui laisserait pas pour longtemps. Ses racines ne tarderaient plus à se montrer à nouveau. Ca allait trancher sévèrement. Enfin, un problème à la fois. Pour l'instant, il avait sur les bras un petit suédois prêt à céder à la panique. Le visage du russe se contracta. Il était saisi par l'envie de le secouer comme un poirier.

"Ouais, c'est comme ça. Fais toi y !" n'était toutefois pas forcément la meilleure chose à lui dire. Même si son réflexe premier aurait été celui-ci. Il le dévisagea un moment. Quoi faire ? Que dire ? Répondre à ses questions, d'abord... Du mieux qu'il le pourrait.


- On ne part pas d'ici. Si c'était possible, je ne serais pas ici... Nous étions deux, quand je me suis réveillé. Ca fait un mois et demi... and heere aï am.

Ses mots étaient un peu plus durs que ce qu'il avait eu en tête au départ. La réalité était là néanmoins. L'adolescent pointa du doigt la cime des arbres qui dépassait derrière le lotissement. Les arbres... et derrière eux le mur. Voilà pourquoi ils étaient toujours là.

- Il y a une forêt, derrière nous, et il y a un mur, derrière la forêt. C'est trop haut. On ne peut pas grimper.

Un rire amer s'échappa de la gorge de Stas. C'était rauque, dissonant, ça n'avait même rien à faire ici. Oh mais Dieu sait qu'il avait pensé à cette même chose que Sven. Un point commun au milieu de leurs différences. Il avait vraiment pensé que rien ne pourrait l'arrêter. Mieux : il avait vraiment pensé que rien ne pourrait arrêter ses parents.

Après tout, n'avait-il pas toujours été leur aîné, leur héritier, celui qui transmettrait par la suite les valeurs de leur famille ? Il avait été tout ça... Et puis plus rien. Voilà. Ca faisait bientôt deux mois et pas l'ombre d'un hurlement rageur de sa mère, pas l'ombre de coups étouffés distribués par son père pour botter leur cul aux "méchants" qui avaient fait ça.

Solitude, un peu... Trahison, presque... Abandon, de toutes façons. Ils avaient toujours été forts. Ils auraient dû trouver une solution. Désillusion amère. Source du rire qui donnait maintenant un air glauque à la conversation. Celui-ci se conclut par une grimace de répulsion.


- Je pensais aussi que ma famille viendrait. Je le croyais plus fort que tous les autres, ici... and heere aï am.

Comme la mauvaise rime d'une chanson de Maître Gim's ! Il répéta cela avant de secouer la tête. Pourtant, la spirale de l'abattement n'était pas pour lui. Je l'ai dit dès le départ : il aurait préféré secouer le garçon pour qu'il évite cette prostration stérile dans laquelle ils tombaient tous durant les premiers jours. Ca n'était malheureusement toujours pas une solution.

- Okay. Tu vas devoir regarder dans la "vard-robb" si tu ne l'as pas déjà fait. Sois prêt. Tu vas y trouver tes trucs personnels. Après, tu dois voir le complexe... et apprendre.

Des mots à la mer. C'était envoyé, crûment, mais envoyé. Il tentait de le prévenir comme il le pouvait. Seuls les forts survivaient au final. Qu'est-ce que la sélection naturelle ferait de Sven ?

Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

Âme solitaires
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/08/2016
Mer 17 Aoû - 18:41

Un nouveau joueur entre en scène

435 mot • Libre

Spoiler:
 

Sven n’était pas sûr de ce qu’il ressentait vis-à-vis du Russe, il l’aidait au final, mais son ton était froid et agressif. Il débordait de lui une amertume et une colère mal contenus qui le mettait mal à l’aise. C’était peut-être cet endroit qui l’avait rendu comme ça. Sven imaginait mal comment il avait pu survivre ici pendant tout ce temps. Il ne souvenait pas avoir trouvé ne serait-ce qu’un peu de nourriture dans sa cabane, comment s’était-il débrouillé ? Tout ça était surréaliste.

Il se tourna vers la forêt quand l’autre la lui montra du doigt, puis tressaillit en entendant son rire sans joie. Il n’aimait décidément pas beaucoup ce garçon, mais il savait comment survivre ici, ce n’était pas rien. Ce qu’il dit de sa famille éteignit la dernière lueur d’espoir que Sven avait gardé en lui en apprenant qu’ils étaient entourés d’un mur. Si ça faisait déjà un mois et demi que des gens disparaissaient, c’est que leurs kidnappeurs devaient être sacrément doué pour ne pas se faire avoir. Et puis il y avait toujours cette chose étrange, ses affaires personnelles qui s’étaient retrouvées là aussi… Tout ça n’était vraiment pas clair, et laissait peu de choses à espérer.

L’autre finit en lui donnant quelques directives simples sur ce qu’il devait faire maintenant, Sven hocha la tête en l’écoutant. Il avait bien besoin de ça, car à part des questions qui ne trouveraient pas de réponses, son esprit en déroute n’arrivait pas à produire grand-chose. Il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait faire là, maintenant. Il marmonna, plus pour lui-même qu’autre chose.

« J’ai déjà fouillé toute ma chambre, y’avait rien à part des livres, quelques affaires, et des petits couteaux. »

Sven sortit le couteau qu’il avait pris pour se défendre tout en parlant, il était à peine mieux qu’un couteau de cantine. Il eut lui aussi un rire bref en se disant qu’il n’irait pas bien loin avec ça, s’il était vraiment lâché dans la nature, et le rangea dans sa poche.

« T’as raison, je vais aller faire un tour, ça devrait m’aider à réfléchir, et… comprendre dans quelle merde on est. Merci pour les infos. »

Il fit quelques pas pour rebrousser chemin, qui sait, il avait peut-être oublié quelque chose d’essentiel dans sa cahute, autant vérifier avant de partir. Il s’arrêta cependant avant de tourner à l’angle de la rue.

« Au fait, moi c’est Sven. »

Son visage pâle s’éclaira d’un maigre sourire, et il fit un petit signe de la main pour lui dire au revoir. De toute façon, vu la taille de l’endroit, ils ne devraient pas trop tarder à se recroiser.
Revenir en haut Aller en bas


--------------------------------
Inventaire:

http://derniereenfance.forumactif.org/t61-tpacpc-ca-veut-dire-touche-pas-a-ca-p-tit-con http://derniereenfance.forumactif.org/t31-stas-y-apalkov-still-standing-against-the-odds#38
Âme solitaires
avatar
Messages : 289
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans le complexe ! *facepalm*
Jeu 18 Aoû - 10:57


Un adolescent de plus dans la nature. Finalement, le garçon ne semblait pas trop se laisser abattre. Il se démenait pour garder la tête froide, la garder hors de l'eau, la garder en vie. Lucidité ô combien nécessaire ici. Ne pas perdre le nord et procéder méthodiquement, chaque jour, un jour après l'autre.

Respirer, boire, manger, pisser. Ah... Et se tenir au chaud aussi. Alors finalement, dans le contexte, ne riez pas ! Pisser et se tenir au chaud ce sont deux propositions aux antipodes dans le complexe, avec la fraîcheur de l'air qui y régnait ! Bref, il s'agissait de survivre à ses propres besoins vitaux. Ils n'étaient encore pas si nombreux. D'ici quelques temps, un facteur nouveau apparaîtrait pourtant... peut-être.

Un nouveau risque, dans un autre genre de danger et celui de se faire piétiner par un sanglier en partant chasser. L'homme. L'Homme avec un grand H, même, puisque la femme en était. Etait-on à l'abri d'un dégénéré ayant pété un plomb et se mettant à planter tout le monde ? Pire ! S'il était un vrai "crimier" ?!


- Tu as raison de garder ce couteau.

Ca n'était peut-être pas très impressionnant si une baston éclatait, mais c'était toujours se protéger (un peu). Au moins montrer qu'on n'allait pas se laisser faire. Le reste viendrait tout seul. Stas lui aurait bien fait faire le tour des endroits intéressants, mais ça n'aiderait pas forcément Sven sur le long terme.

Le jeune devait prendre ses marques de son côté et, par ailleurs, il fallait qu'il soit un peu seul pour encaisser, absorber le choc. Donc le russe hocha la tête comme il le voyait s'éloigner. Une dernière info utile ? Oui, encore une chose ou deux. Main levée pour saluer, yeux francs quoique durs.


- Aï am Stas. Ask for mee if you nede, j'ai des stocks de vêtements d'hiver et de savon. And... Hey ! L'eau des lacs est buvable.

Aucune idée de comment donner l'idée de la potabilité dans cette foutue langue anglaise. Alors... buvable... Mais Sven comprendrait, hein ? Et il avait désormais les clés les plus importantes pour vivre ici.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouveau joueur de Nice
» Lexique du jeu de rôle
» Ros Timx entre en scène
» Nouveau joueur
» Miss Wellington entre en scène ♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière Enfance :: S´amuser :: Archives-
Sauter vers: